Roger Federer n'a pas dû attendre comme Jakob Hlasek la quatrième rencontre pour battre enfin Marc Rosset. A Sydney, le Bâlois (ATP 30) s'est offert une belle revanche. Battu à deux reprises l'an dernier par le Genevois (ATP 30), en indoor à Marseille et à Londres, Federer s'est imposé sur le score sans appel de 6-1 6-2 en huitième de finale de l'Open de Sydney.

Ce jeudi, Federer ne sera pas le seul Suisse en lice dans les quarts de finale, contre le Français Sébastien Grosjean (ATP 19). L'étonnant George Bastl (ATP 188) défiera le No 4 mondial Magnus Norman. Pour sa part, Martina Hingis (no 1) sera opposée à l'Américaine Serena Williams (No 5) dans le premier choc de l'année.

Victorieux en seulement 43 minutes, Roger Federer a réussi une démonstration sur le Central olympique de Homebush Bay, où il avait brillé lors des JO en terminant quatrième. Malgré l'ampleur de son succès, il ne voulait pas parler de passation de pouvoir. «Je sais que cette défaite doit être particulièrement amère pour Marc. Mais il est encore trop tôt pour affirmer qu'il a perdu son leadership. Ce n'est pas sur un match que tout se joue. Je dois encore le battre deux ou trois fois pour prétendre être le nouveau No 1 suisse».

Après une victoire aussi expéditive, Roger Federer peut envisager avec optimisme la suite du tournoi. Face à Grosjean, qu'il n'a encore jamais affronté, il devrait faire la différence grâce à la qualité de son service. Un nouveau succès lui ouvrirait les portes d'une demi-finale contre Lleyton Hewitt, le tenant du titre.

L'exploit de Bastl

La tâche qui attend George Bastl et Martina Hingis s'annonce plus ardue. Issu des qualifications, le Vaudois a remporté un cinquième match à Sydney en battant 5-7 6-2 6-2 le Français Arnaud Clément (ATP 18). C'est la troisième fois que Bastl s'impose face à l'un des vingt meilleurs mondiaux, après ses succès l'an dernier sur Cédric Pioline à Tachkent et Wayne Ferreira à Bâle. Ce jeudi, il se heurtera à Magnus Norman, qui a témoigné d'une belle assurance devant le Roumain Andreï Pavel et l'Australien Tood Woodbridge.

Martina Hingis affrontera pour la neuvième fois Serena Williams. Les deux joueuses comptent quatre victoires chacune. En huitième de finale, face à la Belge Kim Clijsters (WTA 18), la Saint-Galloise s'est imposée tranquillement 6-4 6-4. Le fait majeur de ce match sans histoire fut l'avertissement récolté par Martina Hingis pour «coaching». L'arbitre a surpris sa mère Melanie lui criant des instructions. «Ce n'étaient pas des conseils, mais des encouragements», s'est justifiée la joueuse, qui a conclu sa journée par une nouvelle victoire en double aux côtés de Monica Seles, face à la paire Davenport/Morariu.

Enfin, à Canberra, Patty Schnyder a été éliminée au 2e tour (6-0 3-6 7-5) par la Japonaise Ali Sugiyama.

LT