CYCLISME

Cyclisme: Phonak Hearing Systems se donne deux ans pour rivaliser avec les meilleurs

La nouvelle équipe s'est présentée au siège de son sponsor principal. Ses objectifs sont ambitieux

Andreas Rihs n'a pas peur des défis. Il y a quelques années, Phonak, le groupe qu'il préside, avait été l'un des premiers, après une longue trêve, à oser le saut de la cotation à la Bourse suisse. Volant de succès commerciaux en succès technologiques, le fabricant d'appareils auditifs a réussi à convaincre les investisseurs de la viabilité de la démarche. Depuis, nombreuses sont les entreprises qui ont suivi cet exemple.

Mercredi, le patron s'est à nouveau aventuré sur un terrain que le scepticisme ambiant rend glissant: le sport cycliste. Dans la salle de conférence bondée du siège de Phonak à Stäffa, Andreas Rihs a profité de la présentation officielle de l'équipe que son groupe sponsorise pour expliquer pourquoi la haute technologie ne pouvait que profiter des mollets affûtés (lire LT du 15 décembre).

Dans cette affaire, rien n'a été laissé au hasard. Le projet semble ficelé jusque dans les moindres détails. «Notre expérience dans l'économie montre que le succès ne s'obtient pas du jour au lendemain. Dans le sport, c'est pareil. Nous avons donc décidé de nous engager pour une période pouvant aller jusqu'à cinq ans, le minimum pour espérer faire passer notre message du bien-être par l'écoute. Nous n'allons donc pas demander l'impossible à nos coureurs», explique le passionné de vélo. L'impossible, peut-être pas. Mais de l'ambition, sûrement, puisque l'équipe vise dans les deux prochaines saisons la première division et une participation aux épreuves les plus prestigieuses, seul niveau pouvant permettre au groupe de rentabiliser en notoriété son investissement marketing.

De son côté, Jean-Jacques Loup, le manager de Phonak Hearing Systems, est radieux. Jamais depuis son entrée dans le cyclisme professionnel avec PMU Romand, un partenaire n'avait fait preuve d'autant de volonté. Au point qu'il en viendrait presque à considérer sa séparation avec le Post Swiss Team comme un coup de pouce du destin.

Même si le budget de 2,5 millions de francs et le contingent de 13 coureurs dont il dispose n'ont rien d'exceptionnel, les perspectives le font rêver: «Pour cette saison, nous avons construit une équipe homogène de coureurs en devenir. Nous allons donc continuer notre travail de formation.» A la différence que, cette fois, les éléments les plus prometteurs ne devraient pas s'envoler vers l'étranger à la première occasion, comme ce fut le cas fin 98 avec Markus Zberg et Niki Aebersold (Rabobank). «Nos ambitions devraient permettre de les retenir», espère Jacques Michaud, le directeur sportif. Reste qu'une progression dans la hiérarchie passera par un recrutement judicieux et coûteux dans quelques mois. Une étape dont le sponsor se dit pleinement conscient et qu'il entend bien assumer.

Le contingent: Pierre Bourquenoud, Christian Charrière, Cédric Fragnière, Stefan Richner, René Stadelmann, Uwe Straumann, Lukas Zumsteg (Sui), Matthias Buxhofer, Jochen Summer (Aut), Jérôme Delbove, David Derepas (Fra), Dominique Perras (Can), Alexandre Usov (Bié).

Publicité