Ski

Daniel Yule: «Nous, les skieurs, sommes bien placés pour observer le réchauffement climatique»

Durant l’hiver, le skieur valaisan Daniel Yule est devenu le champion du climat dans le milieu des sports d’hiver

Economie, politique, société, culture, sport, sciences: les enjeux écologiques traversent toutes les strates de notre société. Comment passer de l’analyse à l’action? Quelle est la part de décisions individuelles et celles qui relèvent de choix politiques? Pourquoi la complexité du défi ne doit pas nous décourager?

Découvrez notre page spéciale d'articles et de vidéos sur le thème de la transition écologique.

Les sports de neige ont vécu un drôle d’hiver. Paradoxal. Jamais davantage que cette année des athlètes n’ont profité des micros qui leur étaient tendus pour dire leur inquiétude quant au changement climatique. Mais parallèlement, le président suisse de la Fédération internationale de ski (FIS), Gian-Franco Kasper, s’est laissé aller dans le Tages-Anzeiger à des déclarations climatosceptiques qui ont fait le tour du monde: «Et puis, il y a ce soi-disant changement climatique… Il n’y a aucune preuve.»

Beaucoup d’athlètes en ont recraché leur birchermüesli. Peu ont haussé le ton face au patron. Daniel Yule s’y est collé pour les autres, d’abord en s’élevant contre les propos tenus, ensuite en se présentant comme représentant des athlètes auprès de la FIS (il a été élu), enfin en reversant une partie de ses gains en fin de saison à l’association Protect Our Winters, qui milite pour une responsabilisation des sports de neige.

Lire aussi: Sur les glaciers, un slalom climatique

Depuis lors, Gian-Franco Kasper est revenu sur ses déclarations. Mais le skieur valaisan de 26 ans n’a pas abandonné la mission qu’il s’est fixée: faire en sorte que les sports d’hiver regardent le changement climatique droit dans les yeux.

Le Temps: Avez-vous l’impression d’être devenu l’écolo du Cirque blanc?

Daniel Yule: L’écolo du Cirque blanc, je ne pense pas. Mais j’ai ouvert ma gueule à un moment où beaucoup pensaient comme moi, sans nécessairement avoir le courage de s’exprimer publiquement. Il me semblait important de me positionner en tant que skieur, de faire savoir que tout le milieu ne pense pas de la même manière que Gian-Franco Kasper, même s’il est notre président. Oui, le réchauffement climatique est une réalité, et nous sommes bien placés pour le constater.

Comment l’observez-vous?

J’ai la chance de vivre dans le val Ferret, au plus proche de la nature. Quand j’étais petit, je voyais le glacier juste en face de chez moi… Eh bien, cela doit bien faire dix ans qu’il a disparu. Je remarque aussi que les hivers se raccourcissent. A l’époque, nous pouvions skier à La Fouly dès le début du mois de décembre. Aujourd’hui, si le domaine est entièrement ouvert à Noël, c’est déjà pas mal. Et allez demander aux stations du Jura si elles réalisent les mêmes saisons que par le passé…

Cet hiver, plusieurs skieurs ont évoqué le réchauffement climatique, les conditions d’entraînement qui se dégradent sur les glaciers en été, la nécessité de faire évoluer certaines habitudes. Ressentez-vous une prise de conscience générale dans le milieu?

Je ne sais pas. Parfois, il suffit d’une question d’un journaliste pour que, par effet boule de neige, un thème s’impose. C’est sans doute ce qu’il s’est passé, et tant mieux. Mais je ne peux pas dire que ce sujet soit celui qui anime le plus les discussions d’équipe, le soir, au restaurant. D’abord, il faut être honnête: cela n’intéresse pas tout le monde. Et puis, le sujet peut vite amener des tensions, car tout le monde n’est pas d’accord sur les solutions à apporter au problème.

Une interview de Daniel Yule: «Je n’ai pas ce talent qui rend tout facile»

Le sport d’élite ne fait-il pas précisément partie du problème?

D’une certaine manière, bien sûr, comme les activités humaines en général. La bonne question à se poser, dans tous les domaines: que fait-on maintenant pour réduire notre impact?

Et quelle est la réponse, pour le ski alpin de haut niveau?

Une mesure intéressante serait de limiter les voyages, en repensant le calendrier. La saison dernière, les spécialistes d’épreuves de vitesse ont connu quelques enchaînements assez difficiles à comprendre. Je me rends bien compte de la difficulté de la tâche sur le plan de l’organisation, d’autant que pour que la Coupe du monde mérite son nom, il n’est pas question de ne skier qu’entre la Suisse et l’Autriche. Mais c’est une piste de réflexion.

La FIS organisera en novembre un forum autour des préoccupations climatiques pour les régions de montagne. Les choses changent?

C’est positif. Même si j’imagine qu’il faudra quelques années pour voir aboutir des initiatives concrètes.

Vous venez d’être élu délégué des athlètes auprès de la FIS. Porterez-vous un message sur le thème du réchauffement climatique?

Je devrai me faire l’écho des préoccupations de mes pairs. Si l’écologie en fait partie, alors oui, bien sûr, j’en parlerai. Mais il y aura peut-être autre chose à leurs yeux. Sur ce sujet, je m’engage avant tout à titre personnel. Et je ne veux surtout pas passer pour le moralisateur de service. Ce qui m’importe, c’est que le changement climatique soit pris en considération à tous les niveaux. Qu’on en parle. Qu’on y réfléchisse.

Il s’impose déjà comme un thème central en vue des prochaines élections fédérales…

Pour moi, le changement climatique est un thème qui se situe au-dessus des questions de partis. Nous ne nous entendons pas toujours sur ce qu’il convient de faire, quand et comment, mais l’enjeu – qui aujourd’hui est presque unanimement reconnu – nous concerne tous. J’apprécie que, même en Suisse, dans un pays qui n’est pas encore le plus exposé aux conséquences du changement climatique, on s’en préoccupe aussi fortement.

Craignez-vous qu’à terme la pratique du ski soit menacée?

Oui, bien sûr. Est-ce que ce sera à court, moyen ou long terme, ça, je n’en sais rien. Mais le ski, c’est ma passion, c’est le plus beau des sports à mes yeux, et si mes enfants devaient ne pas avoir la chance d’en faire, cela me rendrait extrêmement triste.


Le défi environnement faisant partie des causes définies par Le Temps pour ses 20 ans, cet article est offert en libre accès et sous licence «Creative commons». Retrouvez tous nos articles et vidéos sur le sujet.

Publicité