Ski nordique

Dario Cologna s’offre un triplé inédit sur le Tour de ski

Le Grison s’est adjugé une troisième victoire sur cette épreuve après avoir encore survolé la 9e et dernière étape dimanche

Après 2009 et 2011, Dario Cologna a triomphé pour la troisième fois sur le Tour de ski. Le Grison s’est imposé avec 1’02 d’avance au général sur le Suédois Marcus Hellner au terme de la 9e et dernière étape ponctuée par la terrible montée vers l’Alpe Cermis (It), et marquée aussi par la défaillance du Norvégien Petter Northug (3e à 1’44).

De ses trois victoires sur le Tour – un exploit inédit –, ce dernier succès est sans doute le plus convaincant pour Cologna. L’Helvète, monté huit fois sur le podium en neuf étapes, a maîtrisé les 110 km de course de bout en bout, sans le moindre coup de pompe.

Supériorité tactique et physique

Ses facultés de récupération et sa polyvalence ont fait merveille. Que ce soit en sprint, sur les longues distances, en classique ou en skating, Cologna s’est révélé le patron. Il a répondu à toutes les attaques de Northug, qui s’était préparé spécialement pour l’occasion après avoir terminé trois fois deuxième les années précédentes. Une nouvelle fois, le Norvégien a échoué face à un rival supérieur à la fois tactiquement et physiquement sur les portions les plus exigeantes.

Parti avec 1’22 d’avance sur le Norvégien et 2’06 sur Hellner pour la montée finale de dimanche, Cologna a géré son avance comme un métronome. Il en avait gardé sous la semelle pour aborder les rampes les plus dures – jusqu’à 28% de déclivité sur une pente dévolue normalement au ski alpin –, où sa fluidité a fait merveille. Le Grison semble avoir encore progressé sur le plan technique, avec cette impression de glisser sans effort.

«C’était très dur mais je n’ai pas eu besoin de tout donner», a déclaré le skieur de Müstair. «Comme j’ai toujours gardé plus d’une minute d’avance, j’ai pu contrôler.» Une toux persistante témoignait néanmoins de la violence de l’effort, sur cette compétition qui représentait le sommet de la saison en cet hiver sans grand Championnat ni JO. Cologna (25 ans) a du même coup largement gommé son échec des Mondiaux d’Oslo en février dernier.

10% d’entraînementen plus

«Dario est plus fort que les années précédentes», estime l’entraîneur en chef des Suisses Guri Hetland. Il a renforcé sa «caisse» en augmentant le nombre de ses heures d’entraînement de 10% environ par rapport à la saison dernière, passant de 850 à près de 950 heures.

Ce succès permet à Cologna d’empocher un chèque de 100 000 francs. Et de prendre la tête de la Coupe du monde avec 93 points d’avance sur Northug, qui avait dominé les premières courses de la saison.

Le Grison a par ailleurs surpris en déclarant durant le week-end qu’il ne disputerait peut-être pas l’intégralité du Tour de ski la saison prochaine, qui passera pourtant dans son Val Müstair. Il veut préserver tout son influx en vue des Mondiaux 2013 à Val di Fiemme, point fort de la saison. Mais rien n’est encore décidé.

Le triple champion du monde Petter Northug a reconnu la supériorité de son adversaire: «J’ai tout essayé, mais j’étais fatigué après la longue course de vendredi (sur 32 km). Cologna n’a pas commis la moindre erreur sur ce Tour. Je reviendrai l’an prochain pour gagner.»

Pour les autres Suisses, ce fut la soupe à la grimace. Quatrième en 2011, Curdin Perl a échoué au 35e rang. Et Remo Fischer a abandonné samedi.

Publicité