Football

David Lemos, pastel de Nati

D’origine portugaise, le journaliste de la RTS est le premier secondo à devenir le commentateur attitré des matchs de l’équipe de Suisse. Le récit d’une intégration par le foot, avant le premier match en Géorgie

Samedi (15h), l’équipe de Suisse de football entame sa campagne de qualification pour la phase finale de l’Euro 2020 à Tbilissi contre la Géorgie. La rencontre est retransmise en direct sur la SSR et commentée à la RTS par David Lemos. Une première pour lui mais aussi pour la télévision romande: né de parents portugais, David Lemos (38 ans) est le premier secondo à se voir confier la fonction exposée et symbolique de commentateur des matchs de l’équipe nationale. Il prend la suite de Jean-Jacques Tillmann, Pierre Tripod, Pierre-Alain Dupuis et Philippe Von Burg.

Ce n’est pas (ou plus) une grande affaire, mais c’est tout de même intéressant. D’une part, parce que cela nous rappelle que l’équipe nationale a eu le temps d’être traversée par quatre vagues migratoires (italienne, ibérique, balkanique, africaine) avant qu’un enfant d’immigrés n’accède à une position équivalente dans les médias; d’autre part, parce qu’être «la voix de la Nati» autorise – et même requiert – de sortir un peu de la neutralité exigée lorsqu’il s’agit de commenter les rencontres du championnat de Suisse ou de Ligue des Champions. Il faut être en empathie avec son sujet. Dans le cas de David Lemos, qui a raconté en décembre au site satirique carton-rouge.ch avoir vu pour la première fois l’équipe de Suisse en octobre 1986 à Berne contre le Portugal (1-1), cela implique un joli voyage intérieur, qui est aussi le récit d’une intégration.