Une «bombe» de Michel Riesen à 13’’ du coup de sirène final en supériorité numérique a scellé la défaite des Fribourgeois. Certes, elle est rageante mais les hommes de Pelletier ne peuvent pas crier au scandale. Davos a tenu son rang et a pu compter sur un portier phénoménal: Leonardo Genoni.

La Suisse est bien un pays de gardien. Genoni en a fait une nouvelle démonstration avec un nombre de prouesses incroyables. A la 27e minute, il a annihilé deux contres menés par Seydoux et Heins. Sans doute l’un des tournants de la partie. L’autre fut la période d’infériorité numérique après les quatre minutes de pénalités infligées à Ambühl pour «démontage» du vénérable Gil Montandon. Le poteau est même venu au secours du portier grison dans cette période sur un tir de Ngoy (34e).

L’issue de cette rencontre a donc tenu à peu de chose. Un brin de réussite du côté de Gottéron où Birbaum et Mowers se sont montrés excellents. De retour au jeu après sa maladie, Julien Sprunger a bien pesé sur le jeu malgré l’absence de Bykov, malade. L’attaquant fribourgeois a d’abord permis à Marc Abplanalp d’inscrire son troisième but de la saison (12e) puis il a égalisé à 2 à 2 avec un défenseur grison pourtant collé à ses basques.

Davos a su sauver une première balle de match dans les dernières secondes de jeu. Arno Del Curto avait remodelé ses lignes. Il avait placé Guggisberg aux côtés de Reto von Arx et Riesen pour donner encore plus de vitesse à cette triplette offensive. Les batteries à plat, l’international n’est plus que l’ombre de lui-même ces dernières semaines. Il a toutefois affiché une bonne volonté qui a permis aux Grisons de s’en sortir sur la fin. Le meilleur d’entre eux à part Genoni fut bien Robin Leblanc qui a enfin bénéficié d’un large temps de jeu. Le Québécois s’est démené face à ses futurs coéquipiers mais il n’est jamais parvenu à trouver la faille.

Il tentera de le faire jeudi à St-Léonard où Fribourg partira largement favori avec son imposant public.