Le Servette FC, tombé en faillite le 4 février 2005, a appris un an après, à ses dépens, qu'il n'y avait pas toujours une justice en matière de football. Battu dimanche par un FC Winterthour peu enclin au jeu (1-3 après prolongations), le pensionnaire de 1re ligue ne disputera pas les demi-finales de la Coupe de Suisse.

Seul un méchant manque de réalisme a empêché les joueurs de Jean-Michel Aeby de poursuivre leur aventure. «Mon équipe a livré une prestation extraordinaire, mais il nous reste du travail afin de trouver le chemin des filets», admet l'entraîneur genevois. «Nous devons garder ce match en mémoire en vue de notre objectif, la promotion en Challenge League.»

Quoique privés de leur attaquant Julian Esteban, les Servettiens ont pratiqué un football séduisant, tourné vers l'offensive. Sans pouvoir conclure, malgré un tir sur le poteau de Xavier Hochstrasser (42e). Réduits à dix après l'expulsion d'Aleksandar Bratic (51e) - «Nous avons été un peu lésés», dira le directeur sportif Sébastien Fournier -, les Genevois ont concédé l'ouverture du score durant la prolongation, suite à une maladresse de leur défenseur Philippe Cravero (106e).

Une nouvelle expulsion, celle de Genserix Kusunga (111e), scellait le sort du match, d'autant que le remuant Yassin Mikari doublait la marque pour les Zurichois dans la foulée. «Il faut savoir perdre», a déclaré Francisco Vinas tout en déplorant l'arbitrage de Guido Wildhaber. Le président genevois ferait bien de passer le message à certains supporters, coupables d'avoir envahi le terrain en fin de match, comme ils l'avaient fait face à Thoune lors du tour précédent.