«Intouchables!» C'est le mot que lâche Pierre-Yves Jorand, coskipper d'Alinghimax Serono, le voilier suisse d'Ernesto Bertarelli, à propos des Français. L'équipage du Défi français pour la Coupe de l'America a littéralement survolé le Grand Prix de Lorient des Maxi One Design qui s'est terminé hier jeudi, remportant quatre des cinq régates courues depuis mardi entre la cité bretonne et l'île de Groix.

A bord du Maxi One Design suisse, qui se bat avec le voilier italien pour la septième place de cette cinquième et dernière régate du Grand Prix de Lorient, on ne peut que constater la suprématie française. Le voilier aux couleurs du Défi Bouygues Télécom Transiciel est loin devant. Il vire la première bouée avec quatre ou cinq longueurs d'avance sur le deuxième. Un écart qui ne va cesser de se creuser. Derrière, le leader du classement général de l'Adecco World Championship, le voilier européen Skandia de Ludde Ingvall, devance finalement le Team Henri Lloyd du Suédois Gunnar Krantz pour la seconde place de cette ultime régate.

Côté suisse, on garde la bonne humeur malgré la contre-performance lorientaise, trois jours de compétitions disputés dans des conditions de «petit temps», avec un vent faible et souvent irrégulier. «Ce Grand Prix est notre plus mauvaise manche depuis le début de ce championnat (n.d.l.r.: 6e place finale, et 6e au général), regrette Christian Wahl. Le turnover d'équipage ne favorise pas la cohésion, mais il faut dire que le niveau de tous les équipages est monté, alors que nous continuons de naviguer comme au début du championnat.»

Il reste à l'équipage suisse la semaine de Cowes et la course du Fastnet – dernière épreuve de l'Adecco World Championship – la semaine prochaine en Angleterre pour se refaire une santé.