L'Association espagnole des cyclistes professionnels (ACP) a sollicité dans un communiqué envoyé à l'Union cycliste internationale (UCI) la validation des résultats du Tour d'Espagne 2000 et la destruction des échantillons d'urine congelés prélevés durant cette épreuve.

L'ACP a motivé sa décision par le fait que «la méthode française de détection de l'EPO dans les urines n'a toujours pas été validée» par l'UCI, et qu'en raison du temps écoulé depuis la fin de la Vuelta (cinq mois), «les résultats qu'on pourrait obtenir en réalisant les analyses maintenant ne seraient pas fiables».

Les échantillons d'urine prélevés lors du Tour d'Espagne 2000 ont été congelés et sont conservés dans les laboratoires du Conseil supérieur du sport (CSD) à Madrid.

LT