Power-play 4/6 

Denis Vaucher: «Une nouvelle patinoire attire un nouveau public»

Plus de revenus, davantage d’attractivité, moins de problèmes de sécurité: il n’y aurait que des avantages dans le renouvellement actuel des infrastructures du hockey suisse, soutient Denis Vaucher, directeur de la Ligue nationale

A l’heure de la reprise du hockey sur glace en Suisse, «Le Temps» explore pendant une semaine les coulisses de son succès, entre modèles économiques singuliers, joueurs charismatiques et histoires fascinantes.

Les épisodes précédents:

Attention chantier(s): depuis une dizaine d’années, les vieilles patinoires du pays sont rénovées ou remplacées par de nouvelles constructions. Berne a lancé le mouvement dès 2008, suivi par Zoug, Bienne, Langnau… Viège a inauguré son antre flambant neuf vendredi dernier, Lausanne découvrira le sien le 24 septembre, les travaux se poursuivent à Fribourg, Davos et même Ambri, qui quittera prochainement sa mythique Valascia. La nostalgie? Balayée avec les gravats. Directeur de la Ligue nationale, Denis Vaucher ne voit que des avantages à ce renouvellement des installations. Selon lui, le hockey suisse en avait bien besoin.

Le Temps: Quel regard portez-vous sur le renouvellement des patinoires du pays?

Denis Vaucher: C’est une situation excellente. Elle découle d’investissements de la part des clubs et des autorités politiques, qui sont un très bon signe pour le hockey sur glace suisse. Nous avons beaucoup de fans dans la population et pour nous, il est très important d’offrir à ces personnes les installations nécessaires à leur confort, comme le chauffage dans les enceintes, ainsi qu’une gastronomie suffisante et diversifiée.