Bode Miller n'a pas failli hier lors de la descente, première épreuve des finales de la Coupe du monde. L'Américain, à la lutte avec Benjamin Raich pour le gros globe de cristal, ne pouvait se permettre de décevoir en vitesse, son domaine de prédilection. Bien qu'échaudé pour ne pas s'être imposé sur la piste de Lenzerheide alors qu'il était entièrement satisfait de sa course, le déconcertant skieur a plus que doublé sa marge au classement général, grâce à une efficace deuxième place. Avec désormais 108 points d'avance sur son rival, il peut envisager la suite plus sereinement, même si rien n'est joué.

Chez les femmes, c'est l'inverse qui s'est produit. Quatrième de la descente, Janica Kostelic a repris 18 points à Anja Pärson, huitième, qui ne possède plus qu'un fragile matelas de 45 points alors qu'il reste encore trois épreuves, soit 300 points à prendre. La Suédoise, plus à l'aise en super-G, espère se refaire aujourd'hui.