Parti avec le dossard 18, Didier Cuche a dévallé la pente en 1 min 45 sec 98/100 pour devancer le Norvégien Aksel Lund Svindal (1:46.45), le champion olympique du super-G, et l’Autrichien Klaus Kroell (1:46.55).

Le Suisse Diddier Defago, champion olympique de descente, pointait à plus d’une seconde (1 sec 15/100) de Cuche.

Leur compatriote Carlo Janka, distancé à 86 centièmes pour une 6e place, a conforté sa première place au classement général de la Coupe du monde.

En s’imposant en descente à Kvitfjell (No), le Neuchâtelois s’est adjugé le globe de la discipline pour la troisième fois après 2007 et 2008.

Le coureur des Bugnenets rejoint dans l’histoire Franz Heinzer (S), Luc Alphand (Fr), Stephan Eberharter (Aut) et Michael Walchhofer (Aut), tous sacrés à trois reprises. Personne n’a fait mieux, sauf le maître absolu en la matière, l’Autrichien Franz Klammer, titré cinq fois entre 1975 et 1983.

Revenu bredouille des JO de Vancouver, Cuche n’a donc pas tardé à rebondir, s’offrant une quatorzième victoire en Coupe du monde. Le Neuchâtelois y a mis la manière en larguant à près d’une demi- seconde son dauphin norvégien Aksel Lund Svindal.

Son trophée de meilleur descendeur de l’hiver n’a rien d’usurpé. En huit courses, il a gagné trois fois (Lake Louise, Kitzbühel, Kvitfjell), glané un podium (Beaver Creek) et ajouté deux top 5 (Wengen et Bormio). Seules les descentes de Val Gardena (10e) et des JO (6e) ont moins souri au natif du Val-de-Ruz. A noter aussi que c’est la première fois que Cuche remporte un globe avant même les finales.

Quant à Carlo Janka, le seul qui pouvait encore priver Cuche du globe, il a terminé à la sixième place. Le Grison se consolera en prenant 40 points à Benjamin Raich (hors du top 30) et revenant à 70 unités de l’Autrichien au classement général de la Coupe du monde. De son côté, Didier Défago a étrenné son titre olympique en terminant à un modeste 14e rang.