La numéro 1 mondiale disputera sa deuxième finale de suite à Paris. L’année dernière, elle avait perdu contre la Serbe Ana Ivanovic. Ce sera la troisième finale de Grand Chelem de sa carrière, la deuxième d’affilée après sa défaite contre Serena Williams à l’Open d’Australie.

Elle affrontera soit sa compatriote Svetlana Kuznetsova, soit l’Australienne Samantha Stosur, qui se disputaient le deuxième billet en finale jeudi après-midi.

La petite soeur de Marat Safin tente de légitimer par un premier titre du Grand Chelem son statut de numéro 1 mondiale, obtenu fin avril, et qu’elle est sûre de conserver quel que soit le résultat de la finale.

Safina, 23 ans, a été incontestablement la joueuse la plus régulière sur le circuit depuis un an. Elle a atteint la finale de 13 des 21 derniers tournois qu’elle a disputés (six titres). Mais il lui manque la consécration d’un titre majeur.

Depuis qu’elle est devenue numéro 1 mondiale, elle a remporté 20 matches sur 21 disputés.

Son parcours à Paris a été presque sans accroc. Elle n’a cédé qu’un set en huitième de finale face à l’espoir biélorusse Victoria Azarenka.

En demi-finale, Safina a fait prévaloir sa puissance du fond du court après avoir perdu les deux premiers jeux. Beaucoup plus athlétique (1,82 m contre 1,60 m), elle a souvent débordé son adversaire (16 coups gagnants depuis sa ligne), autant avec son coup droit qu’avec son revers.

Cibulkova, dont la meilleure performance en Grand Chelem était un huitième de finale au dernier Open d’Australie, s’est battue vaillamment mais n’avait pas les armes pour triompher.