Avoir des regrets, c’est déjà avoir quelque chose. Quelque chose à chérir, dont se souvenir, à entretenir pour tenter de le retrouver ou de le revivre. La belle semaine de Dominic Stricker à Genève s’est achevée jeudi, devant Pablo Andujar, un adversaire pas forcément meilleur que lui mais plus expérimenté. Mené d’un set et d’un break (3-1 dans la deuxième manche), l’Espagnol a su revenir, écarter deux balles de break à 4-4 et finalement remporter le match (4-6 6-4 6-4).