La telenovela italienne de l’été a finalement connu un dénouement heureux: Gianluigi Donnarumma a renouvelé son contrat, jusqu’en 2021, avec l’AC Milan. A un an de la fin de son bail, le gardien italien de 18 ans a obtenu une très grosse prolongation de contrat. Avec ses six millions d’euros par saison, il sera le troisième gardien le plus payé au monde après Manuel Neuer (neuf millions) et David De Gea (6,8 millions).

L’accord entre l’AC Milan et Mino Raiola, l’agent du joueur, prévoit aussi l’arrivée de son grand frère, Antonio, qui recevra un salaire d’un million par saison. A 27 ans, Antonio Donarumma qui militait dans le championant grec avec l’Asteras Tripolis, se disputera la place de deuxième gardien avec l’expérimenté Marco Storari. Avec cette affaire, l’image de la bandiera (le joueur dont le nom reste attaché à jamais à un club) a pris un coup. 

En voie d’extinction

Avec les récents adieux de Francesco Totti à la Roma et d’Angelo Palombo, joueur emblématique de la Sampdoria de Gênes depuis 2002, cette espèce semble être en voie d’extinction en Italie. Les trois derniers survivants sont Alberto Pomini (36 ans, Sassuolo), Sergio Pelissier (38 ans, Chievo Verone) et évidemment Gianluigi Buffon, 39 ans et bianconero depuis 2001. L’attaquant du Chievo et les deux gardiens ont prolongé leur contrat au sein du club qui les a fait connaître.

Avec ses quatre millions d’euros par année, Gigi Buffon se classe derrière Donnarumma. Le jeune prodige ferait bien de s’inspirer de son idole, qui avait refusé une offre de Manchester City en 2006 et était allé défendre les buts de la Juve en Serie B pour contribuer à sa reconstruction. Désigné comme successeur de Buffon en équipe nationale, Gianluigi Donnarumma doit, lui, retrouver l’affection du public, après ce feuilleton débuté le 15 juin.

«Dollarumma»

Il y a un mois, Marco Fassone convoque les médias pour annoncer que le gardien ne prolongerait pas son contrat qui le liait jusqu’au 30 juin 2018. «Nous comptions sur Donnarumma pour qu’il devienne le pilier du nouveau Milan», déplorait alors l’administrateur délégué du club. Quelques jours plus tard, lors d’un match de l’Euro U21 en Pologne, les tifosi montrent leur mécontentement en jetant de faux dollars autour du but du gardien et en déployant une banderole avec son nouveau surnom: «Dollarumma».

Dans la foulée, Mino Raiola, l’agent du joueur, tient à donner sa version des faits avec une intervention préparée minutieusement devant les médias: «Nous avons été contraints de prendre une décision dont nous ne voulions pas. La façon dont le club de Milan a conduit l'ensemble (des négociations), créant une atmosphère hostile à notre égard, a débouché sur la situation que nous connaissons tous. L'argent n'a jamais été un problème. Milan ne nous a pas laissé le temps et la sérénité nécessaires.»

On parle alors de lui au Real Madrid et au PSG. D’après son agent, le jeune joueur est triste d’être au cœur de toutes les attentions. Une brèche semble s’ouvrir. En ex-renard des surfaces, l’entraîneur de l’AC Milan, Vincenzo Montella, s’y engouffre en allant discuter avec la famille Donnarumma. Trois jours plus tard, sur Instagram, un message posté démontre l’amour du gardien pour le club et son envie de prolongation de contrat. Quelques minutes plus tard, il démentit sur Twitter en affirmant que son compte ait été hacké.

Un avenir bien assuré

L’incontournable Mino Raiola retombe sur ses pattes, il avoue être prêt à rencontrer l’AC Milan après l’Euro M21. Le gardien reste, lui, concentré sur la compétition, jusqu’à la défaite face à l’Espagne en demi-finale. Le 3 juillet, Donnarumma et le club semblent proches d’un accord mais Raiola veut encore régler les derniers détails.

La signature est arrivée ce mardi. Tout semble finir au mieux, même si on ne sait pas qui a gagné le plus dans cette histoire. Mino Raiola, avec son coup médiatique, est parvenu à assurer un bel avenir aussi bien à Gianluigi Donnarumma qu’à son frère, au terme d’un long mois de polémiques. Le gardien devra désormais se racheter auprès des tifosi pour redevenir une bandiera.