La Suisse n’est pas un pays de plages ni de volleyball. Elle a pourtant connu ses heures de gloire en beach-volley grâce aux frères Laciga (vice-champions du monde en 1999), à Patrick Heuscher et Stefan Kobel (médaillés de bronze olympique en 2004) ou encore à Simone Kuhn et Nicole Schnyder-Benoit (championnes d’Europe en 2004). Cette tradition de bons résultats, un peu assoupie, a été ravivée la semaine dernière par la victoire de Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré aux Championnats d’Europe de Jurmala (Lettonie). En battant les Allemandes Kim Behrens et Cinja Tillmann en finale, les deux Suissesses ont en quelque sorte gagné leur pari.

Leur association n’allait pas forcément de soi. Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré ont décidé de jouer ensemble après les JO de Rio, en 2016, dont elles ont pris les cinquième et neuvième places respectives, avec des coéquipières qui ont toutes les deux choisi d’en rester là avec le sport de haut niveau. Il y avait une certaine évidence dans le rapprochement de ces deux femmes qui cumulaient alors jeunesse (24 ans), grande taille (1 m 90 et 1 m 85) et expérience olympique en plus de leur talent et de leur ambition. Le duo présentait peut-être le plus haut potentiel de l’histoire du beach-volley suisse.

Changement de rôle

Mais il y avait un grand défi à relever: les deux nouvelles partenaires étaient habituées à occuper le même rôle sur le terrain. L’une des deux allait nécessairement devoir abandonner le bloc (faire barrage au filet sur les attaques adverses) pour la défense (couvrir le terrain). Anouk Vergé-Dépré a décidé de s’y coller en sachant qu’il lui faudrait du temps pour se hisser au niveau des meilleures en la matière. Depuis, le binôme s’est offert de bons résultats dans de grands tournois, mais il lui manquait toujours un petit quelque chose pour aller au bout.

Lire aussi: Un article de 2017 évoquant le changement de rôle d’Anouk Vergé-Dépré

Pas grave, c’était le plan: dès le départ, Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré avaient les yeux rivés sur 2020, qui devait être l’année des Jeux olympiques de Tokyo. On le sait désormais: l’événement n’aura lieu que l’an prochain. Mais en devenant championnes d’Europe, elles ont déjà obtenu la confirmation qu’elles ne s’étaient pas trompées en unissant leurs destins sportifs.