Il a d’abord voulu rendre hommage au jeune cycliste belge décédé lundi à la suite d’une grave chute sur la troisième étape du Tour de Pologne. «Bjorg Lambrecht était un compagnon, un ami. Lorsque j’ai gagné le Tour de l’Avenir en 2017, il était arrivé deuxième. Et mourir comme ça à bicyclette et en compétition, c’est vraiment dur. Il n’y a pas de mots. Je suis très triste», a déclaré un Egan Bernal visiblement très ému, en demandant une minute de silence aux 6000 personnes qui l’attendaient – certains depuis l’aube – sur la plaza de los Comuneros de sa ville natale de Zipaquira, ce mercredi.