Le Raid Nordique, deuxiè-me des trois manches de Coupe d'Europe de raquette à neige de la saison, se déroule ce dimanche à la Vue des Alpes (NE). C'est la première fois qu'une épreuve de cette envergure est organisée en Suisse. Parmi les 300 participants attendus, on pourra voir à l'œuvre le gratin européen. L'occasion d'effectuer un tour d'horizon d'une discipline en plein essor, élevée au rang de sport de démonstration pour les Jeux olympiques de Turin en 2006 par le CIO.

Outil de travail à l'origine, la raquette à neige est aujourd'hui un loisir prisé. Activité familiale et ludique, elle représente également une bouffée d'oxygène pour les stations de moyenne montagne qui tirent la langue en raison d'un manque d'enneigement chronique. Dans le Jura comme dans les Préalpes fribourgeoises, la pratique du ski alpin est compromise depuis quelques hivers. «Economiquement, la situation est catastrophique, admet-on à l'office du tourisme de Val-de-Ruz. Les remontées mécaniques sont toujours moins fréquentées par les manieurs de spatules, et les hôteliers font grise mine. On cherche des solutions.» Le développement de la raquette à neige en est peut-être une. Relativement peu coûteuse, cette dernière ne nécessite ni une trop grande quantité de poudre blanche (5 centimètres sont suffisants), ni une condition physique hors du commun. Elle est donc abordable à tous et constitue un excellent palliatif.

Du côté de Moléson, on affiche également un intérêt grandissant pour l'explosion de la raquette. Tout en gardant les pieds sur terre: «Cette discipline ne peut résoudre tous nos problèmes à elle seule. Mais elle va prendre de l'importance, d'autant que nos reliefs offrent un terrain propice à ce sport, affirme Pierre-André Briguet. Notre région s'apprête à jouer une carte primordiale dans les années à venir. Tout sera mis en œuvre afin de séduire une nouvelle clientèle. Une étude de balisage entre les stations est actuellement menée, de nouveaux itinéraires sont sur le point d'être créés, histoire de varier les plaisirs. Nous avons également l'intention de panacher les activités.» Excursions en compagnie de guides, courses d'orientation et autres randonnées nocturnes sont ainsi proposées, à l'image du Trophée des Amis de La Chia prévu le vendredi 23 février. Au sommaire de cette épreuve populaire: montée de la Scierne, descente de la Bergère, escale à la buvette et platée de macaronis.

Si son aspect convivial n'est pas négligeable, la raquette à neige est aussi un business. Implantée à Bulle depuis 1995, la société Castella Pro Import distribue la marque française TSL (Technique, Sports et Loisirs). De 150 paires de raquettes distribuées à l'époque à l'issue du mois de janvier, on en est à 14 000 six ans plus tard, série en cours. L'expansion est programmée, le bénéfice inéluctable. Qu'il soit destiné au tourisme ou à la compétition, le matériel est sans cesse amélioré. Les raquettes sont de plus en plus légères, le confort de l'athlète n'a jamais été aussi bon. En concevant le «step-in» (système où la chaussure se clique directement sur la raquette), TSL vient de frapper un grand coup. L'équipementier tricolore a même remporté un prix lors du ISPO Outdoor de Munich, un gigantesque salon où toutes les nouveautés ayant trait au matériel sportif ont été exposées. Le jackpot assuré!

Afin de poursuivre sur cette voie, Castella Pro Import a décidé de collaborer avec des sportifs de haut niveau. Un team suisse a été formé cette année. «La compétition nous apporte de nouvelles données afin de développer le matériel, explique Laurent Buchs, représentant de la société. Sans compter l'apport marketing représenté par une telle équipe.» Parmi la quinzaine de coureurs (dont trois filles), aucun n'a fait de la raquette sa spécialité. On trouve notamment des coureurs à pied et des triathlètes qui voient là un excellent moyen de garder la forme pendant l'hiver. La plupart d'entre eux participeront au Raid Nordique pour le plaisir, sans la moindre obligation de résultat. Il en sera ainsi jusqu'au jour, s'il arrive, où les enjeux commerciaux prendront le pas sur la raclette entre amis au clair de lune.