Les espoirs de l’équipe d’Angleterre, facilement qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde en battant le Sénégal dimanche soir (3-0), reposent sur les jeunes épaules d’une génération talentueuse installée depuis près de six ans par Gareth Southgate. Dès son entrée en fonction en octobre 2016, le sélectionneur des Three Lions a puisé dans l’équipe espoirs et opéré des choix forts qu’il n’a jamais reniés depuis.

Lire aussi: Comment Gareth Southgate a rassemblé l’Angleterre

Dès son quatrième match, Gareth Southgate s’est passé de la légende Wayne Rooney, qui n’a été convoqué qu’une fois ensuite, deux ans plus tard, pour une 120e sélection en guise de jubilé. Depuis, en six ans de mandat, 50 joueurs lui doivent leur première cape, dont 13 ont ou avaient moins de 21 ans. L’exemple le plus spectaculaire est Jude Bellingham, international en novembre 2020 à 17 ans et 136 jours, et qui est déjà indéboulonnable au milieu de terrain avant ses 20 ans.

Les «Southgate boys»

Gareth Southgate est tout sauf une girouette. Il est même d’une fidélité inébranlable. Parmi les 26 Anglais au Qatar, 12 étaient déjà en Russie en 2018 et des cadres comme Jordan Pickford, Kieran Trippier ou Declan Rice n’ont pas connu d’autre sélectionneur. John Stones, Luke Shaw, Eric Dier ou Harry Kane figuraient même dans le premier groupe qu’il avait convoqué avec les Espoirs anglais, il y a plus de neuf ans de cela.

A relire: En Angleterre, de jeunes stars en quête de premiers rôles

Le technicien a régulièrement évoqué «l’environnement de club» qu’il veut recréer au sein de l’équipe nationale pour permettre «une progression naturelle» et faciliter l’intégration des nouveaux. Bukayo Saka a, par exemple, été titularisé en demi-finale de l’Euro neuf mois après sa première sélection seulement.

Mais Gareth Southgate a surtout récolté les fruits d’un travail de longue haleine, auquel il avait participé, et qui a culminé en 2017 quand l’Angleterre a été sacrée championne du monde des moins de 20 ans et des moins de 17 ans, et championne d’Europe des moins de 19 ans.

Pas de jeunisme

«La raison pour laquelle on m’a donné ce boulot, c’est parce que j’ai une bonne idée de [ces joueurs] qui arrivent, avait-il confié après un an en poste. Il faut leur donner de la conviction et il faut leur donner du temps.» Gareth Southgate a souvent pesté contre le peu de temps de jeu laissé aux jeunes joueurs dans les clubs anglais, et déploré le réservoir relativement limité dont il dispose, puisqu’un peu plus d’un tiers des joueurs de Premier League seulement sont sélectionnables.

Il dit ne pas regarder l’âge, seulement le talent. Et la mentalité. «Ce qui fait la différence, c’est l’état d’esprit, la détermination, l’envie d’apprendre et de s’améliorer», avait-il expliqué, après la victoire contre le Sénégal en huitièmes, en parlant de Bellingham, Saka et Foden. Habituée à gagner chez les jeunes, cette jeune génération a emmené l’Angleterre en demi-finale de la Coupe du monde 2018, en finale de l’Euro 2020+1 à domicile. Gareth Southgate, lui, détient le record de victoires pour un sélectionneur anglais dans une grande compétition (11), dont six dans des matchs à élimination directe. Série en cours.