Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Christelle Daunay (deuxième depuis la gauche) sort du peloton non seulement à la course, mais aussi pour défendre les intérêts des «victimes» du dopage.
© Gregory Fisher/USA TODAY SPORTS

Athlétisme

Face au dopage, la parole des victimes

La marathonienne Christelle Daunay a été reconnue partie civile dans le cadre d’une enquête française. C’est une première, qui rappelle que les tricheurs ne flouent pas seulement l’esprit du jeu, mais aussi leurs concurrents

S’il y a un coupable, c’est qu’il y a une victime. L’idée est simple, basique, et pourtant: en matière de dopage, personne n’y avait vraiment pensé jusqu’ici. Démasquer et punir les tricheurs est un bon début, mais le système ne devrait-il pas également s’intéresser à ceux qui pâtissent directement de leurs actes, c’est-à-dire les autres athlètes, et leur permettre d’obtenir réparation? La marathonienne française Christelle Daunay en a la conviction.

A 45 ans, elle est la première sportive reconnue partie civile, dans le cadre de l’enquête ouverte en France il y a deux ans sur le système de corruption mis en place au sein de la Fédération internationale d’athlétisme pour couvrir des cas de dopage dans l’athlétisme russe. La championne d’Europe 2014 à Zurich le dit haut et fort dans une interview accordée au Monde: «J’ai été victime du système de dopage russe.»

Lésée sur trois plans

«Il y a quelques années, quand Liliya Shobukhova et Inga Abitova [deux marathoniennes russes] ont été suspendues pour dopage […] je m’étais fait la réflexion: «Elles m’ont pris de l’argent, des places». Je n’ai pas reçu de compensations en conséquence», détaille la spécialiste de la course de fond. Lorsque l’affaire du dopage russe institutionnalisé a éclaté, elle a estimé que le moment était venu de faire reconnaître le tort subi.

Lire aussi: La Russie convaincue de dopage d’Etat

Christelle Daunay s’estime lésée sur trois plans. Le premier est strictement financier: «Que ce soit au marathon de New York en 2010 [elle a terminé 6e, devancée par Inga Abitova] ou à celui de Chicago en 2011 [5e, derrière Liliya Shobukhova], j’ai perdu une place. Et je n’ai pas récupéré la somme correspondante.» Le second plan concerne le palmarès, et indirectement le porte-monnaie aussi: «Si vous terminez troisième ou quatrième d’un grand marathon, ce n’est pas la même chose. Cela influe aussi sur les primes d’engagement que l’on négocie pour les futures courses.» Enfin, plus difficile à mesurer, il y a le préjudice moral: «On a mis beaucoup la lumière sur ces athlètes, avec leurs victoires, et moins sur les autres.»

De nombreux autres sportifs pourraient tenir le même discours. La démarche de la marathonienne française concerne l’athlétisme, mais elle résonne bien au-delà. Elle interroge la largeur du spectre de mesures à prendre après un cas de dopage avéré, quelle que soit la discipline. Faut-il mettre en place un système d’indemnisation? Prévoir des dommages et intérêts? La mécanique actuelle se limite en général à adapter les classements et, si nécessaire, à redistribuer titres, médailles, honneurs. Même si l’effort est louable, les intéressés assistent souvent un peu impassibles aux tentatives de recoller les morceaux de leur rêve brisé.

Emotions volées

Parmi eux, le cycliste italien Vincenzo Nibali pourrait récupérer la victoire de la Vuelta 2017 au terme de la procédure engagée à l’encontre de Chris Froome pour un usage abusif de Salbutamol, mais il ne s’en réjouit guère: «Quoi qu’il en ressorte, les émotions d’une victoire ne peuvent être ressenties qu’en course.» Les instances officielles sont conscientes du problème, à l’instar du Comité international olympique qui vient de retirer onze médailles obtenues à Sotchi en 2014 à des athlètes russes. «Nous ferons de notre mieux à Pyeongchang pour réattribuer les médailles avec le maximum de faste possible, pour essayer de compenser les moments volés», a récemment déclaré le président du CIO, Thomas Bach.

Lire également: Chris Froome rattrapé par une affaire de dopage

Pour Christelle Daunay, il y a dans son combat une portée supérieure à son cas particulier. En se portant partie civile, elle ajoute sa voix au grand procès du dopage. «Aujourd’hui, c’est presque devenu systématique: on met le doute partout, sur chaque athlète. Je l’ai vécu quand j’ai commencé à avoir des résultats. J’aimerais qu’on n’ait plus le doute sur chaque performance.» Ce jour-là, la lutte antidopage aura vraiment gagné.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL