Descente, super-G, slalom… Maîtrisez-vous l’histoire, les particularités et les spécialités des différentes disciplines du ski alpin? Petite révision en six leçons à l’occasion des Championnats du monde de Cortina d'Ampezzo (Italie).

Lire aussi les précédents épisodes:

De toutes les disciplines du ski alpin, le slalom géant est la plus belle. A ce qu’il paraît. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le Gruérien Pierre Bugnard, retraité du sport de haut niveau depuis environ une année. «C’est l’épreuve qui demande le plus de qualités pour briller. Il faut un physique incroyable et beaucoup de technique pour tenir le choc, car les portes s’enchaînent sans te laisser le moindre répit. En descente, parfois, tu as un long plat où tu as presque le temps de t’ennuyer. Le géant, lui, ne te lâche pas une seule seconde.»

Le format est né sur les pentes du Mottarone surplombant le lac Majeur en 1935, comme pour faire le pont entre le «tout-droit» de la descente et les virages courts du slalom. Je n’en sais rien, mais je suppose que celui qui l’a imaginé y voyait une traduction en langage compét' du ski tout en longues courbes de M. Tout-le-Monde. Aujourd’hui encore, le géant demeure la discipline «visuellement» la plus proche de la manière dont Gérard dévale les pistes le dimanche.