Sport-études

Faut-il réguler le taux de testostérone des sportives?

En exigeant des athlètes hyperandrogènes comme Caster Semenya qu’elles subissent un traitement, la Fédération internationale d’athlétisme ne résoudra pas le défi de l’égalité des chances, mais elle s’impose d’insolubles problèmes éthiques, préviennent les chercheurs Fabien Ohl et Lucie Schoch

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) vient de rejeter le recours de Caster Semenya contre un règlement visant les athlètes de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) présentant des différences de développement sexuel. Ce dernier impose aux femmes hyperandrogènes, comme Caster Semenya, de réduire leur taux naturellement élevé de testostérone par un traitement hormonal pour qu’elles puissent concourir dans les épreuves féminines allant du 400 mètres au mile (1609 m). 

Au sujet de l’affaire: Caster Semenya, la discrimination positive