Le feuilleton n'en finissait pas, il menaçait même de virer au psychodrame. Véritable idole du FC Bâle, déchu de son rang et sifflé samedi dernier par un public à la mémoire courte, Hakan Yakin allait-il rester, contre son gré, dans le club rhénan ou finirait-il par rejoindre ce PSG qui le courtise depuis plusieurs semaines?

La réponse est tombée hier, puisque les deux clubs ont trouvé un terrain d'entente et que désormais, plus rien ne s'oppose au départ du meneur de jeu helvétique pour la capitale, comme nous le confirme Josef Zindel, chef de presse du FCB. «Depuis aujourd'hui (ndlr: mardi), les deux clubs sont désormais très proches, c'est vrai. Le transfert de Hakan est quasiment conclu, il reste quelques petits détails à régler avant la signature finale. Il n'y a désormais plus d'obstacles entre les différentes parties.»

Alors que l'on se dirigeait vers un bras de fer stérile et inopportun tant pour Gigi Oeri que pour Hakan Yakin, le FC Bâle a finalement compris qu'il ne lui servait à rien de retenir coûte que coûte son numéro 10. La dame de fer du FCB n'avait aucun intérêt à entretenir un climat de plus en plus délétère avec son protégé, elle qui vient d'enfiler ses nouveaux habits de responsable des transferts en lieu et place de Roger Hegi.

De toute manière, Hakan Yakin ne voulait pas rester, car il rêve de vivre une nouvelle aventure. L'argent proposé par l'héritière du groupe Roche n'a pas infléchi la position de l'international. Ce dernier a refusé récemment de signer un nouveau contrat, qui lui aurait assuré un salaire de un million de francs jusqu'en 2007, sans clause de départ. Et comme le PSG a fait, hier, l'effort financier nécessaire – on parle d'un transfert d'un peu moins de 6 millions de francs suisses – demandé par le FC Bâle, il faudra désormais se tourner vers le championnat de France pour suivre le gaucher. On remarquera au passage que les trois grands clubs de l'Hexagone s'appuient désormais sur des joueurs suisses: Patrick Müller, double champion de France avec l'Olympique lyonnais, Fabio Celestini, capitaine de l'Olympique de Marseille, et tout prochainement Hakan Yakin, meneur de jeu du PSG. Excusez du peu…