Ils y étaient presque. En menant 1-0 durant une heure de jeu, les joueurs de Christian Gross y ont cru. Mais comme face à Liverpool, ils ont cédé en deuxième période pour s'incliner 1-3. Pour son premier match de la deuxième phase de la Ligue des champions, le FC Bâle a donc perdu son premier match européen dans son jardin du Parc Saint-Jacques. En raison d'une certaine naïveté défensive, tout d'abord, mais aussi et surtout à cause de son incapacité à concrétiser une multitude d'occasions de but.

Tous les éléments étaient réunis pour que le public bâlois vive un festival offensif digne de celui qui lui avait été proposé le 12 novembre dernier lors du duel entre Bâlois et «Reds» (3-3). Sir Alex Ferguson et Christian Gross possèdent en effet tous deux un effectif tourné vers l'offensive. Corollaire: MU et le FCB sont souvent perméables en défense, compensant cette faiblesse par une force de feu impressionnante. Hier soir, pour corser l'affaire, l'arrière-garde mancunienne était privée de Laurent Blanc, Rio Ferdinand et Gary Neville. Pour les remplacer, Sir Alex Ferguson titularisait John O'Shea (21 ans) et Wes Brown (23 ans) dans l'axe de la défense, et Phil Neville sur le côté droit.

Les 29 500 spectateurs du Parc Saint-Jacques n'ont pas attendu longtemps pour voir céder la classe biberon des «Red Devils». Après 33 secondes (!), Christian Gimenez trompait Fabien Barthez en déviant à bout portant une frappe puissante de Scott Chipperfield. Les Britanniques – qui affrontaient pour la première fois un club suisse en Coupe d'Europe – étaient pris à froid. On était tout près de revivre le scénario complètement fou du match de Liverpool. Las. Malgré plusieurs occasions nettes – Julio Hernan Rossi (8e et 23e), Murat Yakin (17e) et Chipperfield (43e) –, le FCB ne parvenait pas à creuser l'écart. Le vainqueur de la Ligue des champions 1999, quant à lui, se montrait dangereux sur coups de pied arrêtés. En pointe, Ruud Van Nistelrooy donnait du fil à retorde à Murat Yakin et Marco Zwyssig. «L'attaquant le plus complet d'Europe», Christian Gross dixit, ne pouvait jamais se mettre en position pour frapper, lui qui a trouvé le chemin des filets à dix reprises ces dix derniers matchs, toutes compétitions confondues. Mais on va le voir, ce n'était que partie remise.

Après un début de seconde période trépidant, et une grosse occasion pour Gimenez (47e), Ryan Giggs puis Hakan Yakin réclamaient vainement, mais probablement à juste titre, un penalty. Bronca dans le stade et tournant du match. Après une brève accalmie, Ole Gunnar Solskjaer déposait le ballon sur le chef de Van Nistelrooy qui n'en attendait pas tant (62e). La minute suivante, le grand Ruud piquait le ballon à Bernt Haas, éliminait Murat Yakin avant de marquer d'une frappe enroulée. La grande classe. Le FCB était KO debout. Comme contre Liverpool, la seconde période mettait en lumière son incapacité à tenir 90 minutes. A la 68e, Solskjaer faisait le break en concluant un contre éclair. Ivan Ergic et Mario Cantaluppi, si présents en première mi-temps, perdaient pied, laissant la vedette à Paul Scholes et Giggs. Dans sa cage, Barthez, l'icône du fast-food, était au chômage technique.

Pour les Bâlois et leur public, il s'agit maintenant de digérer au plus vite cette défaite. Car, dimanche, ils reçoivent les Grasshoppers dans un match au sommet qui s'annonce explosif. «Le match contre GC est le rendez-vous le plus important de notre semaine», indiquait d'ailleurs Christian Gross lundi, un sourire énigmatique fiché au coin des lèvres. A une journée du terme du tour qualificatif de LNA, le vainqueur de ce choc prendra en effet une option probablement définitive sur la première place avant d'entamer le tour final, en février prochain. Une victoire permettrait en outre aux Bâlois de se refaire un moral avant d'aller défier la Juventus le 11 décembre prochain à Turin pour leur dernière sortie de l'année 2002.