Le Bâlois, qualifié pour les quarts de finale, dénonce le dopage.

Sans s'exprimer sur un cas particulier, Roger Federer s'est inquiété de la transversalité du dopage. «Quand plusieurs sports sont touchés par une tricherie institutionnalisée, nous pouvons parler de fléau. Ce problème m'attriste. Je persiste à penser que, pour bien jouer au tennis, il n'est pas nécessaire de recourir au dopage. Nous devons punir chaque cas avec une sévérité extrême. Personne ne peut dire: «Je ne savais pas.» Il n'y a aucune excuse. Pour ma part, je prends garde à tout ce que j'avale.»

Dans l'après-midi, Roger Federer a évincé Tomas Berdych en trois sets (6-3 6-3 6-4), avec une maîtrise technique éblouissante. Mario Ancic sera son prochain adversaire, mercredi, en quart de finale.