Roger Federer (no 2) a survécu de peu à l’onde de choc à Roland-Garros. Moins de 24 heures après le tremblement de terre dû à l’élimination de Rafael Nadal (no 1) au 4e tour, le Bâlois a obtenu dans la douleur son ticket pour les quarts de finale en battant Tommy Haas (ATP 63) 6-7 (4/7) 5-7 6-4 6-0 6-2 en 3h07’.

Le finaliste des trois dernières éditions, qui avait déjà remonté un handicap de deux sets en 8e de finale du dernier Open d’Australie face à Tomas Berdych, a frisé la correctionnelle lundi. Tommy Haas a en effet bénéficié d’une balle de break à 4-3 en sa faveur dans la troisième manche. Roger Federer, qui avait offert les deux premiers sets à l’Allemand en craquant dans les moments décisifs, l’écartait en touchant la ligne de couloir sur une attaque de coup droit.

Le Bâlois s’adjugeait les neuf jeux suivants en profitant d’une grosse baisse de régime du Floridien d’adoption, qui préférait préserver ses forces en vue de la manche décisive. Tommy Haas résistait jusqu’à 2-2 dans le cinquième set, mais cédait alors son engagement en commettant deux fautes directes consécutives. Enfin libéré, Roger Federer s’envolait vers son 20e quart de finale consécutif en Grand Chelem.

Federer a deux jours devant lui pour apprendre à mieux gérer la pression qui pèse sur ses épaules de favori. Son prochain adversaire, Andy Roddick (no 6) ou Gaël Monfils (no 11), ne connaîtra probablement pas les mêmes errements que Haas, Paul-Henri Mathieu (no 23) et José Acasuso (ATP 45), incapables de profiter des opportunités qui se sont offertes à eux.

Le no 2 mondial pourrait revenir à 1890 points de Rafael Nadal au classement technique s’il soulève la Coupe des Mousquetaires dimanche, alors que l’écart entre les deux hommes était de 4490 points avant cette quinzaine. Si un tel scénario se reproduisait à Wimbledon, Roger Federer pourrait même redevenir numéro un dès la fin du tournoi londonien... Mais il devra d’abord élever considérablement son niveau de jeu s’il entend conquérir le 7 juin cet historique 14e trophée du Grand Chelem.