Comme Heinz Günthardt et Marc Rosset, Roger Federer a remporté son premier titre sur le Circuit de l'ATP à moins de 20 ans. Le Bâlois a enlevé dimanche le tournoi de Milan en battant en finale l'inattendu Français Julien Boutter. Il s'est imposé 6-4 6-7 6-4 après 2 h 17 de match. La veille, il avait obtenu sa cinquième victoire contre un joueur du top-ten en battant 6-2 6-7 6-3 Yevgeny Kafelnikov.

La troisième finale aura donc été la bonne pour Roger Federer. L'an dernier, Marc Rosset à Marseille, contre lequel il fut à deux points de la victoire, et Thomas Enqvist à Bâle lui avaient opposé leur veto. A Milan, il n'avait pas vraiment le droit à l'erreur devant Boutter, un Lorrain de 26 ans qui découvre seulement depuis quelques mois le haut niveau. Même s'il a dû aller à la limite des trois sets, il a parfaitement tenu son rang.

Face à un joueur qui n'avait perdu qu'un seul jeu de service depuis le début du tournoi, Federer s'est montré percutant à la relance. Il a réussi sept breaks sur l'ensemble du match. Dans les trois sets, c'est lui qui a toujours mené le premier. Il aurait pu conclure en deux manches si Boutter n'avait pas sauvé une balle de match à 6-5 dans le tie-break du deuxième set. Mais Federer a pris d'entrée le service de Boutter dans la troisième manche, pour conclure tranquillement 6-4 et empocher un chèque de 54 000 dollars. Un succès de bon augure à une semaine de la rencontre de Coupe Davis contre les Etats-Unis, chez lui, à Bâle.

De son côté, Martina Hingis a de nouveau été battue, une semaine après avoir perdu la finale des Internationaux d'Australie, à Melbourne. A Tokyo, elle s'est inclinée samedi en trois sets, 6-7 6-4 6-2, devant Lindsay Davenport, sa deuxième défaite en trois finales cette année. Elle ne s'est imposée qu'en ouverture de la saison à Sydney, aux dépens de Lindsay Davenport, précisément.

Cette finale a été une nouvelle fois très disputée, mais l'Américaine a su passer l'épaule au bon moment.

LT