Les entames de tournois de Roger Federer sont parfois poussives et ne donnent pas forcément d’indication sur la forme du Bâlois pour la suite. Il faudra donc attendre au moins le deuxième tour, contre le coriace Bosnien Damir Dzumhur, pour en savoir un peu plus. Lundi, dans la nuit new-yorkaise, le Suisse Fed a peiné face à l’étonnant qualifié indien Sumit Nagal, classé 190e mondial, mais qui a crânement joué sa chance et avec un certain talent. Federer s’est imposé en quatre manches, 4-6 6-1 6-2 6-4, en 2h30 de jeu.

C’est surtout dans la première manche, perdue en commettant énormément de fautes directes, que Federer inquiéta ses supporters. Sans paniquer, s’appuyant sur sa première balle, il retrouva progressivement un niveau plus digne de lui tandis que Nagal commençait à payer ses efforts initiaux. Mais il dut écarter encore quatre balles d’égalisation à 5-5 dans le quatrième set avant de conclure.