Tennis

Federer-Nadal, comme un ouragan

Dans un match perturbé par le vent, Roger Federer a été balayé par Rafael Nadal (6-3 6-4 6-2). Le Bâlois quitte néanmoins Roland-Garros avec le sourire. L’autre demi-finale, arrêtée à 6-2 3-6 3-1 pour Dominic Thiem face à Novak Djokovic, se terminera samedi

Du vent. Tout ce qu’on peut dire avant un match n’est que du vent. On le sait depuis Waterloo: les stratégies, les théories, les plans A, B, C, tout s’effondre si, le jour J, la météo s’en mêle. A Roland-Garros vendredi, on redoutait la pluie, ce fut le vent. Beaucoup de vent.

Dans bien des sports, comme le cyclisme, le ski ou le football (sans parler de la voile), le vent est infiniment plus craint que la pluie. Au tennis, il permet au moins de jouer. Mais comment? Ce fut la question posée à Roger Federer et Rafael Nadal, et tout l’enjeu de cette demi-finale du simple messieurs disputée dans un Central balayé par de violentes bourrasques qui soulevèrent parfois des nuages de terre jusqu’en haut des tribunes, déposant une poussière ocre sur les claviers.