La Commission suisse pour la loyauté cherche à savoir si la FIFA a trop vanté la Coupe du monde au Qatar comme étant écologique. A la suite d’une plainte, une procédure est en cours auprès de la commission, a déclaré dimanche Marc Schwenninger, directeur de la Fondation pour la loyauté dans la communication commerciale, à Keystone-ATS. Il confirmait un article du SonntagsBlick. En raison de l’enquête, Marc Schwenninger n’a pas fourni d’autres informations. Il faudra probablement attendre des mois avant qu’une décision soit prise.

Selon le journal, l’Alliance climatique suisse est à l’origine de la plainte. Cette association faîtière, qui regroupe près de 130 organisations dont Greenpeace, Pro Natura et le WWF, reproche à la FIFA de faire croire au public à un respect de l’environnement sans qu’il y ait suffisamment de preuves (greenwashing climatique). La FIFA n’a pas pris position pour le moment.

D’après l’Alliance pour le climat, la Grande-Bretagne, la France et la Belgique ont également transmis des plaintes aux autorités suisses, la Fédération internationale de football ayant son siège à Zurich. Déjà avant le début de la Coupe du monde le 20 novembre, les défenseurs des consommateurs allemands avaient rappelé la FIFA à l’ordre pour «greenwashing» et exigé la suppression de déclarations publicitaires «trompeuses».

«Climatiquement neutre»

Sur son site Internet, la FIFA présente la Coupe du monde au Qatar comme le premier «tournoi entièrement neutre sur le plan climatique». De nouveaux stades climatisés et de vastes infrastructures ont été construits dans l’émirat désertique pour accueillir ce grand événement sportif.

Lire aussi: La promesse fallacieuse d’un Mondial neutre en carbone

Des dizaines de milliers de personnes s’y sont rendues en avion. La FIFA et le Qatar, pays hôte, ont compensé les émissions de CO2 nuisibles au climat en achetant des droits d’émission et en mettant en place des programmes de compensation. Plusieurs médias et défenseurs de l’environnement ont toutefois affirmé ces derniers mois que la promesse climatique des responsables était fausse.

La Commission pour la loyauté est un organe d’autocontrôle de la branche de la communication. Elle ne peut émettre que des recommandations. Selon elle, les personnes mises en cause appliquent ces recommandations le plus souvent de leur plein gré.