La FIFA refuse l’accès direct au TAS à Platini

La justice interne de la FIFA a refusé mardi soir d’accorder à Michel Platini le droit de saisir directement le Tribunal arbitral du sport (TAS)

La justice interne de la FIFA a refusé mardi soir d’accorder à Michel Platini le droit de saisir directement le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour contester sa suspension de 8 ans de toute activité liée au football, ont annoncé les avocats du Français, qui dénoncent un «sabotage» dans un communiqué. Platini, une fois qu’il aura reçu les motivations de sa suspension, devra donc d’abord déposer un appel devant la chambre de recours de la FIFA, attendre la décision de cette dernière, puis, s’il est débouté, se tourner vers le TAS. Or le timing devient crucial pour l’ancien capitaine des Bleus s’il veut se présenter à la présidence de la FIFA le 26 février, car les candidatures doivent être enregistrées le 26 janvier. Dans un entretien à l’AFP mardi matin, Platini s’en inquiétait d’ailleurs: «Ce qui est embêtant, c’est que je n’ai aucune certitude sur le calendrier à venir.» «Il appartient à présent à la FIFA d’expliquer comment le refus de saisine directe du TAS ainsi que le délai intolérable annoncé pour la communication des motivations (de la suspension) sont compatibles avec le calendrier de l’élection à la présidence», s’indignent encore les avocats du président de l’UEFA suspendu.

De son côté, Sepp Blatter a appris qu’il pourrait conserver son appartement et sa voiture (avec chauffeur) de fonction jusqu’à l’élection du 26 février 2016. «Il est protégé par son contrat de travail», explique un membre de la FIFA. Par contre, sa mise à l’écart l’oblige à ne plus se servir de son téléphone portable ni de son e-mail professionnels.

Publicité