Football

FIFA: la suspension de Sepp Blatter maintenue à six ans par le TAS

L’ancien président de la FIFA contestait la sanction prise en interne. Il avait été contraint à la démission à la suite d’un paiement controversé de 1,8 million d’euros à Michel Platini

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a maintenu lundi la suspension de 6 ans de toute activité liée au football frappant l’ancien président de la FIFA Joseph Blatter, a annoncé le porte-parole de ce dernier, qui contestait cette sanction.

Lire aussi: A la FIFA, tout change pour que rien ne change

Contraint à la démission alors qu’un scandale de corruption sans précédent secouait son instance, Sepp Blatter avait été suspendu en décembre 2015 par la justice interne de la FIFA à la suite d’un paiement controversé de 1,8 million d’euros à Michel Platini, ancien président de l’UEFA, également suspendu.

Les deux hommes avaient été suspendus huit ans par la FIFA, peine réduite à 6 ans en appel devant la FIFA. La suspension de Platini a elle été réduite à 4 ans par le TAS, plus haute juridiction sportive, en mai dernier. Pas celle de Blatter. La raison est simple, comme l’a expliqué Mathieu Reeb, secrétaire général du TAS: «Sepp Blatter n’avait pas demandé la réduction de sa suspension, mais l’annulation. Cette demande a été rejetée.»

Sepp Blatter «prend acte du verdict»

Sepp Blatter avait été sanctionné par la justice interne de la FIFA pour «abus de position, gestion déloyale et conflit d’intérêts» pour ce fameux versement de 2011 «sans base légale dans le contrat signé par les deux parties le 25 août 1999».

A l’instar de Platini, qui a saisi le Tribunal fédéral le 19 octobre pour contester sa suspension, Sepp Blatter peut encore en théorie saisir ce même Tribunal fédéral qui siège à Lausanne.

Mais, dans un communiqué, Blatter n’en dit pas un mot: «Je prends acte du verdict rendu par le Tribunal arbitral international du sport. Etant donné le déroulement du procès, il ne fallait pas s’attendre à une autre sentence. Avant tout, j’ai appris qu’au sport, on peut gagner, mais qu’on peut aussi perdre.»

Une décision du Tribunal fédéral concernant Michel Platini est attendue autour de «février-mars» prochain, selon une source judiciaire.

Publicité