FIFA

FIFA: à Zurich, la tension monte avant l’élection

Le prince Ali a demandé le report du vote de vendredi et reçu le soutien de Jérôme Champagne

A deux jours de l’élection du nouveau président de la FIFA, vendredi à Zurich, les moins bien placés des cinq candidats s’activent pour empêcher le candidat de l’UEFA Gianni Infantino et celui de l’AFC asiatique Cheikh Salman de se partager les voix des 209 votants.

Le prince Ali de Jordanie est le plus virulent. Il s’oppose à la logique de blocs (l’Afrique et l’Asie avec Salman, l’Europe et l’Amérique du Sud avec Infantino) et veut s’assurer que les présidents de fédération seront libres de voter en leur âme et conscience. Pour ce faire, il a réclamé des isoloirs transparents. Demande rejetée par la commission électorale de la FIFA, dirigée par le Suisse Domenico Scala.

Devant ce refus, le prince Ali a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) et réclamé le report de l’élection. Le TAS a promis de statuer d’ici à jeudi. Sans attendre, Jérôme Champagne a apporté son soutien à la demande d’isoloir transparent du prince Ali.
Le candidat français s’étonne en outre du très grand nombre de personnes supplémentaires accréditées par l’UEFA (20) et l’AFC (7). Des «observateurs», selon les deux confédérations; des «lobbyistes» pour Jérôme Champagne.

Lire aussi: Semaine décisive pour la FIFA à Zurich

Publicité