Observer, écouter et chuchoter. Vivre en harmonie avec les grands prédateurs est possible, et même fascinant. C’est ce que le photographe animalier Vincent Munier et le réalisateur Laurent Joffrion livrent comme message à travers leur film Ours, simplement sauvage, Grand Prix de la 50e édition du Festival international du film alpin des Diablerets (Fifad).

Lire aussi: Les Diablerets vont faire leur cinéma à Verbier

Dans la lumière blanche d’un début d’automne, les réalisateurs nous emmènent dans les Pyrénées où trois personnages entretiennent une relation intime, pétrie de patience, d’observation et d’écoute avec l’ours habitant les sous-bois. Le film invite à la contemplation et rappelle la beauté fragile de cette nature que l’humain a tendance à négliger. Ebloui par ce film qui magnifie la montagne sauvage, le jury a été unanime dans son choix.

Le Pakistan comme territoire d’aventure

Sur les 50 films présentés pour ce jubilé, neuf autres prix ont été décernés. Zabardast, de Jérôme Tanon, et Pathan Project, de Guillaume Broust, respectivement honorés par les Diables d’or «sport extrême» et «exploration aventure», se déroulent tous deux au Pakistan où des vallées entières, dernièrement ouvertes au tourisme, dévoilent des territoires encore vierges où se dessine l’avenir de l’alpinisme.

Lire également: K2, le dernier 8000 de l’hiver

Les films présentés aux 13 500 spectateurs du Fifad sont une illustration du monde alpin d’aujourd’hui. Les nouveaux territoires sont dévoilés mais les nouvelles activités aussi. Ainsi découvre-t-on l’apparition d’une tendance aux voyages au long cours en parapente. Blutch, le récit d’une traversée de l’Himalaya par les airs, a touché le public sans toutefois remporter de prix. Mais Still flying, de Miroslaw Dembinski, qui tire le portrait de Janusz Orlowski, un Polonais de 91 ans toujours obsédé par sa volonté de s’approcher des dieux assis dans sa sellette, a séduit le jury pour sa sensibilité. Le personnage obstiné mais inspirant remporte le Prix du dépassement de soi.

Un personnage révélé

Après avoir gravi l’Everest à deux reprises successives, le traileur et alpiniste Kilian Jornet aurait pu être distingué par ce titre. Mais le film Path to Everest, de Joseph Serra Mateu – qui raconte son cheminement vers le Toit du Monde, dévoile qu’un grand alpiniste se cache derrière le coureur compétitif. Le portrait subtil et sensible remporte donc la distinction de la catégorie montagne.

Pour cette 50e édition, le jury a voulu valoriser des œuvres honnêtes et intelligentes, dont le message positionne l’humain comme faisant partie de la nature qui l’entoure. La montagne est respectée et l’homme y va pour se confronter à lui-même et non pour la dominer.