Des nouveaux cas ont été signalés un peu partout dans le monde. Officiellement, hier après-midi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recensait 64 malades et un mort aux Etats-Unis, 19 malades et 7 morts au Mexique, 13 malades au Canada, 4 en Espagne, 3 en Nouvelle-Zélande, 2 en Israël et 2 en Grande-Bretagne. Les chiffres émis directement pas les différents pays évoluent vite. En outre, ceux-ci ne se basent pas sur les mêmes critères pour confirmer un cas. A noter que deux personnes, une au Etats-Unis, une en Espagne, seraient tombées malades sans avoir séjourné au Mexique, ou dans la région.

La France a demandé aux ministres européens des Transports, réunis aujourd’hui au Luxembourg, de suspendre les vols à destination du Mexique. Les voyagistes portugais l’ont déjà fait. Un équipage d’Air France a refusé de s’embarquer pour le Mexique.

L’OMS a déclaré hier n’avoir connaissance «d’aucune personne contaminée par des porcs». L’Egypte a pourtant décidé mercredi l’abattage «immédiat» de tout son cheptel de porcs. D’autres Etats, dont la Russie et la Chine, ont suspendu tout ou partie de leur importation de viande porcine.

Porcine, mexicaine, nouvelle ou nord-américaine, le nom donné à la maladie fait débat. Des intérêts économiques – notamment ceux des producteurs de porcs – et politiques, ainsi que des considérations scientifiques sont en jeu.