L’Open de Gstaad se refuse toujours à Stanislas Wawrinka (no 2). De retour après une absence remarquée en 2010, le Vaudois n’a une nouvelle fois pas tenu son rang dans l’Oberland bernois. Il s’est incliné très sèchement (6-3 6-2 en 69’) en quart de finale face à l’Espagnol Marcel Granollers (no 8), 45e de la hiérarchie mondiale.

Le no 2 helvétique a livré une prestation catastrophique, malgré le soutien de supporters venus en nombre vendredi. Il n’a jamais trouvé la solution tactique pour contrer le jeu «à l’ancienne» de Marcel Granollers, dont la régularité à l’échange est l’arme principale. Beaucoup trop impatient, Stan ne fut qu’une ombre sur le court. Il concédait à cinq reprises son engagement et n’inscrivait que 11 points au total à la relance…

Stanislas Wawrinka enchaîne les désillusions à Gstaad depuis sa finale de 2005. Battu au 1er tour en 2006 et 2007, il n’avait pas fait honneur à son statut de tête de série no 1 en 2008 (défaite en demi-finale face à Victor Hanescu) et surtout en 2009 (défaite au 2e tour face à Thomaz Bellucci). Sa présence en demi-finale aurait constitué un immense soulagement pour lui-même comme pour les organisateurs, qui espéraient certainement que le retour du soleil ne soit pas la meilleure nouvelle de la journée.

Le champion junior de Roland-Garros 2003 conclut donc sur une note négative une longue mais peu fructueuse saison sur terre battue. Il l’avait pourtant bien entamée, dès le mois de février, en atteignant les demi-finales à Buenos Aires. La suite fut plus compliquée. Il a certes tenu son rang à Rome et à Roland-Garros, où il s’était incliné en 8es de finale face à Novak Djokovic et Roger Federer, mais n’a pas signé d’exploit marquant sur sa surface préférée. Place désormais à la tournée nord-américaine sur dur, où il jouera gros puisqu’il devra défendre les 360 points glanés grâce à son accession aux quarts de finale du dernier US Open.