C’est l’histoire d’une disparition. Prenez des affiches de tournois, des programmes de matchs, des couvertures de livres, des posters, tout ce qui contribue à forger dans l’imaginaire du public l’image du joueur de tennis. Souvent (53 fois sur les vignettes de présentation des 50 meilleurs joueurs et des 50 meilleures joueuses de l’Open d’Australie dans le programme officiel), la raquette n’y figure pas. A la place, un poing dressé. Serré. Un joueur de tennis, ce n’est plus (ou de moins en moins) quelqu’un qui tient une raquette, mais quelqu’un qui serre le poing.