Alors que la conjoncture virale résonne dans nos têtes comme les sept trompettes de l’Apocalypse, cloîtrant nos huis, nouant nos ventres, un nouvel ordre se compose et s’impose à nos vies. Dans ce contexte aux contours plus apolliniens, il faut apprendre à bien se fléchir pour mieux se redresser. Les ressorts de cet enchaînement d’apparence si modeste, qui est notre chance et notre fardeau, logent pourtant l’ambivalence immémoriale de nos existences passionnées, le rythme secret qui remue les vivants.