La pointe de l’iceberg. Voilà ce qu’était le scandale de corruption qui a amené le sélectionneur de l’Angleterre Sam Allardyce à perdre son poste mardi. Dans une nouvelle salve de révélations, «The Telegraph» affirme que huit managers passés ou actuels de Premier League ont touché des pots-de-vin lors de transferts de joueurs. Un véritable système occulte que dévoilent, filmés à leur insu par des journalistes sous couverture, des agents de joueurs. «Tout se passe sous la table», prétend l’un d’entre eux. Puis, à un autre moment: «Il y a une chose sur laquelle j’ai toujours pu compter, c’est la cupidité des managers.»

Cette affaire confronte l’Angleterre du football à de vieux démons. En 2006, la «BBC» avait déjà levé le voile sur la problématique dans son émission «Panorama». On y surprenait déjà Sam Allardyce à frayer en eaux troubles. Alors manager des Bolton Wanderers, il était accusé d’avoir touché des pots-de-vins, via son fils agent de joueurs, en marge de certains transferts. Plusieurs autres managers étaient aussi mis en cause et l’affaire a fait grand bruit. Mais l’enquête n’a abouti à rien de bien concret, sinon que, dans le cas de la famille Allardyce, il pouvait exister «un conflit d’intérêts» entre le fils et le père.

Dix ans plus tard, ce sont des caméras cachées qui ont précipité la chute de ce dernier. Croyant s’adresser à des représentants d’investisseurs asiatiques, le sélectionneur national explique comment il est possible de contourner les règles de la Fédération anglaise de football (FA) notamment en matière de tierce propriété des joueurs, pratique interdite en Angleterre depuis 2008. Pire: Big Sam (depuis renommé «Big Shame» sur les réseaux sociaux) accepte de se rendre à Singapour et Hong Kong pour prodiguer ses conseils contre 400 000 livres sterling (506 000 francs).

Lire aussi :  A Manchester, le football s'éloigne de ses supporters

Un petit match et puis s’en va

Le scandale consécutif à la publication de cette vidéo a placé Sam Allardyce dans une position intenable. Après un seul match à la tête des Three Lions (une victoire 1-0 contre la Slovaquie), il a quitté son poste et reconnu avoir commis «une erreur de jugement» (sans préciser laquelle; d’avoir donné une marche à suivre illicite ou de s’être fié à des interlocuteurs qui n’étaient pas ceux qu’ils prétendaient).

L’entraîneur des espoirs Gareth Southgate dirigera l’Angleterre lors des quatre prochains matches, le temps de trouver un nouveau sélectionneur. C’est l’une des tâches qui attend la Football Association ces prochains temps, en plus de réformer un secteur sportif mal en point depuis l’élimination de son équipe nationale en huitièmes de finale de l’Euro contre l’Islande, et d’empoigner les problèmes de corruption qui semblent ronger la Premier League.