Football

Foot féminin: les Pays-Bas rejoignent les Etats-Unis en finale

Les championnes d'Europe contre les tenantes du titre: ce sera le dernier duel de la Coupe du monde 2019, dimanche à Lyon. Les «Oranje Leeuwinnen» ont pris le meilleur sur la Suède mercredi au bout des 120 minutes d'une partie fermée (1-0)

Les Pays-Bas défieront les Etats-Unis en finale de la Coupe du monde féminine de football. Les championnes d'Europe en titre ont battu la Suède 1-0 grâce à un but de Jackie Groenen, inscrit en prolongation au bout d'un match qui n'aura jamais vraiment décollé. Pour avoir une chance contre les tenantes du titre dimanche, elles devront montrer autre chose.

Lire aussi: Les Etats-Unis en finale avec la baraka du champion

Les 48 452 spectateurs réunis mercredi soir au Groupama Stadium de Lyon (5000 de moins que la veille pour la première demi-finale) escomptaient un match ouvert et des fulgurances offensives de la part de deux formations disposées en 4-3-3 et réputées pour leur vitesse. Ils ont dû se contenter d'une guerre froide entre belligérants frileux.

Il n'y eut guère qu'une véritable occasion dans une première mi-temps dominée par les Suèdoises: Stina Blackstenius vit sa frappe détournée par la gardienne Sari Van Veenendaal, et même si elle avait fait mouche, le but aurait très probablement été invalidé pour hors-jeu après recours à la VAR.

Une première

La deuxième période fut émaillée d'une grosse chance de marquer de chaque côté, mais une fois la faille trouvée dans le rideau de fer fallait-il encore triompher des poteaux de bois: la Scandinave Nilla Fischer trouvait la base du montant à la 56e minute de jeu, la Néerlandaise Vivianne Miedema la latte à la 64e. Peu après, l'entrée sur le terrain de la fantasque et spectaculaire Shanice van de Sanden était fêtée comme un but par le public lyonnais, mais même elle n'y changea rien: ce match devait se terminer sur le score, nul, de 0-0.

En prolongation, les Pays-Bas ont pris un ascendant assez net au niveau de la possession de la balle (57% au final), sans toutefois parvenir à faire planer un danger constant sur la cage de Hedvig Lindahl. Mais il a suffit d'une action pour donner l'estocade. Un joli mouvement collectif, une attaquante en bonne position, une frappe sèche au ras du gazon, une balle dans le petit filet et l'affaire était classée, ou presque.

Les Hollandaises pas favorites

La tribunes se vidaient, 23h30 passées, quand la Suédoise Kosovare Asllani recevait un ballon en pleine figure, à bout portant, et il fallut de longues minutes à son équipe médicale pour s'occuper d'elle sur le terrain. Les arbitres ne prolongèrent même pas la partie en conséquence; il était temps d'en finir.

C'est la première fois que les Oranje Leeuwinnen – qui se sont qualifiées pour le tournoi in extremis en battant la Suisse en barrages – atteignent la finale de la Coupe du monde. Elles ne seront pas favorites contre les Etats-Unis, mais elles pourront donc aborder la rencontre sans pression. Puissent-elles en profiter pour retrouver toute leur verve offensive.

Publicité