Les footballeurs amateurs peuvent tondre leur gazon, aiguiser leurs crampons, gonfler leurs ballons. La saison 2020-2021, interrompue depuis fin octobre en raison des mesures prises pour endiguer la crise sanitaire, devrait pouvoir reprendre début juin.

Les plans du Conseil fédéral, annoncés ce mercredi et mis en consultation auprès des cantons jusqu’au 26 mai, visent à autoriser le retour à une pratique «normale» – c’est-à-dire avec des contacts – à compter du 31 mai. Dans l’anticipation d’un tel scénario, l’Association suisse de football (ASF) avait annoncé fin avril que les rencontres officielles recommenceraient alors après une semaine d’entraînement, soit dès le 5 juin pour se terminer le 4 juillet, cinq week-ends de compétition plus tard.

Lire aussi: Un train de mesures qui satisfait les cantons

Ce mois de jeu sera insuffisant pour aller littéralement au bout des championnats, mais cet espoir-là était éteint depuis longtemps. L’enjeu, pour le football amateur, est de ne pas avoir à annuler une seconde saison consécutive en raison de la pandémie. Pour ce faire, le règlement exige simplement qu’à l’échelle nationale, la moitié des parties soient jouées. Si la performance collective est accomplie, et elle devrait l’être sans problème, des champions seront sacrés tandis que le ballet des promotions et des relégations sera orchestré.

Lex Football

«Un match de football, c’est 23 acteurs en comptant l’arbitre sur un terrain de 7200 m². Cela fait 300 m² par personne. Au vu des activités extérieures qui sont désormais possibles, les matchs de football doivent être autorisés», avait insisté Dominique Blanc, président de l’ASF, en avril.

Relire: Le football amateur veut sauver sa saison

Message reçu et entendu par les autorités fédérales, qui ont presque posé les bases d’une exception footballistique: au 31 mai, «30 personnes peuvent désormais se réunir pour faire du sport ensemble, au lieu de 15 jusqu’à maintenant», mais «pour que les matchs de football amateurs soient eux aussi autorisés, la limite posée aux groupes passe à 50 personnes au lieu de 30 pour tous les sports d’équipe» dont la pratique se déroule en extérieur.

Pour les disciplines d’intérieur, la limite de 15 personnes est maintenue, tandis que «pour pratiquer à l’intérieur des sports impliquant des contacts, comme le judo ou la lutte, sans masque, il faut se limiter à des groupes fixes de quatre personnes», précise le communiqué de presse du Conseil fédéral.

A noter encore que la présence du public sera de nouveau autorisée dans des limites strictes au bord de tous les terrains de sport: 100 personnes à l’intérieur, 300 à l’extérieur, mais au maximum 50% de la capacité d’accueil du site.

Lire aussi: Les restaurants entrevoient la sortie du tunnel