Ligue des champions

Football: Madrid, l’apothéose d’une saison folle?

La finale de la Ligue des champions samedi entre Liverpool et Tottenham est le surprenant épilogue d’une compétition qui s’est ingéniée à déjouer tous les pronostics au fil des tours

L’édition 2019 s’est-elle déjà imposée comme l’un des plus grands crus de l’histoire de la prestigieuse Ligue des champions? Sur le plan de l’émotion, du suspense et de la qualité de jeu, difficile de le nier avant la finale Tottenham-Liverpool samedi. «Remontadas» en cascade, assistance vidéo (VAR) qui change la donne, ou Petit Poucet qui mate les favoris avec la manière: la C1 n’a jamais été aussi spectaculaire – à partir des huitièmes de finale essentiellement –, au moment même où l’UEFA songe à réformer son format.

La «remontada» subie par le PSG en 2016 à Barcelone était appelée à rester unique. A l’image des franchises hollywoodiennes, le scénario du Camp Nou (défaite 6-1 au retour après avoir battu le Barça 4-0 à l’aller) a connu une saison 2 contre Manchester United, au moment où le club parisien paraissait plus mûr au niveau européen. Après avoir donné une leçon au club anglais à l’aller à Old Trafford (2-0), le PSG s’est écroulé au retour (3-1) en concédant un but fatal dans les derniers instants. Un come-back insensé, synonyme de troisième échec consécutif au stade des huitièmes de finale pour le club parisien…

Messi et Ronaldo brillent puis disparaissent

Les huitièmes de finale ont également nourri la légende de Cristiano Ronaldo. Le meilleur buteur de l’histoire de la Ligue des champions, recruté cet été par la Juventus Turin, a signé un chef-d’œuvre lors du match retour contre l’Atlético Madrid. L’hôte de la finale avait pourtant surclassé Turin au match aller (2-0). Alors que les chances italiennes de qualification étaient proches de zéro, «CR7» a réalisé un triplé – entré dans l’histoire – au retour face à l’une des meilleures défenses du continent pour envoyer la Juve en quarts (3-0). Monstrueux!

Le parcours du club italien s’est toutefois arrêté au tour suivant à cause d’une équipe composée d’une bande de gamins aussi talentueux que décomplexés: l’Ajax Amsterdam. Révélation de l’édition 2019, le Petit Poucet néerlandais, club mythique en perte de vitesse depuis plusieurs années, a livré plusieurs prestations de très haut niveau, notamment face au Bayern Munich en phase de poules. Mais c’est sa «masterclass» contre le Real Madrid, triple tenant du titre, lors du huitième de finale retour au stade Santiago Bernabeu (4-1, aller: 1-2), qui a marqué les esprits de la planète foot.

Une prestation XXL incarnée par Dusan Tadic, auteur d’un match parfait avec un but, une passe décisive, et plusieurs gestes de classe comme cette «roulette» à la Zidane, devenue virale sur les réseaux sociaux. L’épopée fantastique de l’Ajax, commencée lors du 2e tour préliminaire fin juillet, s’est achevée brutalement dans les ultimes instants de la demi-finale retour.

Tottenham roi du suspense

En quarts de finale, l’assistance vidéo, nouveauté majeure de l’édition 2019, a offert un ascenseur émotionnel en changeant le dénouement du match Manchester City-Tottenham. Temps additionnel du match retour: les «Citizens», qui mènent 4-3, sont éliminés en raison de leur défaite 1-0 à Londres au match aller. Mais Raheem Sterling, buteur dans les derniers instants du match, croit décrocher la qualification in extremis. Pep Guardiola et tout l’Etihad Stadium exultent, Mauricio Pochettino et ses joueurs voient leur rêve s’écrouler… Après quelques minutes de flottement, l’arbitre de la rencontre consulte la VAR et décide finalement d’annuler le but! Les rôles s’inversent: Tottenham est qualifié, City est dépité.

L’exceptionnelle dramaturgie de l’édition 2019 prend encore une dimension supplémentaire lors des deux demi-finales retour. Il y a d’abord le «miracle d’Anfield». Après le récital de Lionel Messi au Camp Nou (3-0), le FC Barcelone pensait avoir neuf orteils en finale. Mais le club anglais, porté par une ambiance incroyable, réalise l’inimaginable exploit (4-0). Le lendemain, c’est le jour du chef-d’œuvre de Lucas Moura. Tottenham, mené de trois buts cumulés contre l’Ajax jusqu’à l’heure de jeu, arrache sa qualification pour la première finale de son histoire à la 96e minute… Grâce à l’improbable triplé du pied gauche de son attaquant brésilien droitier! Qu’arrivera-t-il lors de la finale?

Publicité