Aiguisez les crampons, gonflez les ballons, le football suisse professionnel veut terminer sa saison. Ainsi en ont décidé les 20 clubs évoluant en Super League et Challenge League, au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue ce vendredi au Stade de Suisse, à Berne.

Le chemin de la reprise, prévue dès le vendredi 19 juin, a été emprunté à une très large majorité des voix: 17 pour, 2 contre et 1 abstention. La décision s’inscrit dans une tendance observée au niveau des championnats européens (la Bundesliga allemande rejoue depuis le 16 mai, la Liga espagnole reprendra le 8 juin, la Premier League anglaise le 17 juin et la Serie A italienne le 20 juin), mais aussi de la vie publique en Suisse, où le déconfinement entre dans sa phase finale. Il était devenu difficile de s’engager sur la voie d’une saison interrompue, voire annulée.

Lire aussi: Des compétitions mais (presque) pas de public

En Super League comme en Challenge League, les 13 journées restantes se disputeront dans un quasi-huis clos, puisque le Conseil fédéral a interdit mercredi et jusqu’à nouvel ordre les rassemblements de plus de 300 personnes. Comme ce total comprend les équipes, les staffs techniques, le personnel du stade, la production télé et les médias, il ne restera qu’une centaine de places pour les spectateurs par rencontre.

Statu quo à 10 plébiscité

Un second vote concernait la proposition, formulée par le Lausanne-Sport, de disputer la saison prochaine avec 12 clubs en première division et 8 en deuxième (contre 10 et 10 à l’heure actuelle). Il n’y aurait ainsi pas eu d’équipe reléguée en Super League cet été, mais deux promus de Challenge League. Cela ne se concrétisera pas: l’objet a été balayé par 14 voix contre, 5 pour et 1 abstention.

Mais le représentant du LS sur place, le vice-président Stefan Nellen, n’en faisait pas une montagne: puisque la reprise était d’ores et déjà actée, son club aura la possibilité d’aller chercher sa place dans l’élite sur le terrain.

Une grande problématique reste ouverte après les décisions du jour, celle des contrats de joueurs se terminant avant la fin effective des championnats. Traditionnellement, les accords (années de contrat ou prêt) courent jusqu’au 30 juin; or la saison qui va reprendre ne s’achèvera que le 2 août au plus tard. Les parties devront s’entendre au cas par cas pour prolonger les contrats d’un mois. Une chose est déjà sûre: aucun mercato n’aura lieu. Un footballeur paraphant un accord avec un nouveau club, comme Serey Dié (Xamax), qui s’est engagé avec Sion à compter du 1er juin, ne pourra pas être qualifié avant le terme de l’exercice 2019-2020. Les clubs se sont entendus sur ce point.