Sport

Football: pourquoi tant de «remontadas»?

Les qualifications renversantes de Liverpool et de Tottenham pour la finale de la Ligue des champions intriguent les spécialistes. Depuis quelques années, ces retournements de situation se généralisent. L’énorme pression qui pèse sur ces rencontres est en cause

Les amateurs de football ne sont pas près de s’en remettre. En l’espace de deux jours, ils viennent de vivre deux matchs inoubliables, marqués par les qualifications renversantes, rocambolesques, de Liverpool et de Tottenham pour la finale de la Ligue des champions, le 1er juin à Madrid. Battus 3-0 une semaine plus tôt au Camp Nou, les Reds ont infligé un cinglant 4-0 au Barça de Lionel Messi. Le lendemain, les Spurs sont allés gagner 3-2 à Amsterdam après s’être inclinés 1-0 à l’aller. Menés 2-0 à la mi-temps, les Londoniens ont remonté un handicap de trois buts.

Ces renversements de situation ont toujours existé dans le football. Ils ont fait le sel des coupes européennes, le grain de quelques équipes (Saint-Etienne dans les années 1970, le Real Madrid dans les années 1980) et le beurre des sociétés de statistiques qui vous indiquent, pour chaque score et sur la base des précédents historiques, le pourcentage de chances de qualification. Sur les réseaux sociaux, la plupart des commentaires échangés ces dernières heures ont d’ailleurs rendu grâce au plus populaire des sports pour son imprévisible magie.