Géographie

En football, une certaine idée de l’Europe

La finale de l’Europa League à Bakou entre Chelsea et Arsenal rappelle à quel point les supporters de football sont de grands voyageurs. Ils ont acquis une connaissance fine du territoire et participent à leur manière à la construction européenne

La finale de l’Europa League opposera Chelsea à Arsenal le 29 mai à Bakou, en Azerbaïdjan, si loin de Londres et si près de l’Arménie. La proximité a dissuadé Arsenal de faire venir son milieu de terrain arménien Henrikh Mkhitaryan. Mais la distance n’aura pas freiné les milliers de fans des Gunners et des Blues, bien plus frustrés par le faible nombre d’avions et de billets (6000 par équipe) à disposition.

Le monde du football a un rapport très particulier avec la géographie et avec l’Europe. Habitué à organiser ses finales et à déplacer des cohortes de supporters partout, il vient de se voir rappeler une réalité qu’il a tendance à oublier. Tout n’est pas transposable partout. «En choisissant Bakou, l’UEFA a fait preuve, sinon d’arrogance, à tout le moins de légèreté et d’imprévoyance, estime Laurent Tissot, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Neuchâtel. Les instances sportives ont tendance à se croire au-dessus des frontières parce que le sport serait neutre et apolitique. Cette conception se heurte à une réalité qui n’est ni neutre ni apolitique.»

A la FIFA, Gianni Infantino vient d’en faire également l’expérience. Son projet de Coupe du monde à 48 équipes dès 2022 au Qatar doit être abandonné. Le pays organisateur aurait dû demander l’aide de certains de ses voisins avec lesquels il entretient des relations diplomatiques tendues.

Capacité des fans à voyager

Cette augmentation du format de la Coupe du monde (qui sera effective en 2026) repose pour une bonne partie sur la capacité des fans à voyager. Des nouvelles équipes en plus, c’est autant d’occasions données à des petits pays de participer et à leurs supporters de se déplacer en nombre, comme le firent Péruviens, Panaméens ou Uruguayens lors de la dernière Coupe du monde. Ces déplacements massifs sont devenus une industrie, visible chaque week-end à Londres ou à Liverpool, et un argument économique pour multiplier les occasions de faire voyager les fans.

Hors Mondial, le phénomène est surtout européen, parce que «le football est un sport profondément européen depuis ses débuts», souligne Philippe Vonnard, historien à l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne (Issul), auteur d’une thèse sur «L’Europe dans le monde du football, genèse et formation de l’UEFA (1930-1960)». «Il y a tout de suite des échanges, des déplacements, des tournois. Et ça se généralise parce que tout le monde y trouve un intérêt.»

L’historien du sport Paul Dietschy recense une «Europe du football» dès la Belle Epoque et note des déplacements massifs de supporters allemands dès 1935 (10 000 personnes pour un match international à Londres). Les supporters s’organisent et se structurent au moment où le football devient professionnel. Les «sportsmen» ont cédé la place sur le terrain aux pros venus de classes plus populaires. Ils glissent en tribunes ou en coulisses, et créent les clubs de supporters. Les premiers «suiveurs» sont des gens aisés parce que les voyages sont chers et souvent longs. Avec la démocratisation des voyages et des congés, les supporters issus des classes populaires vont s’approprier progressivement le soutien en déplacement de l’équipe, qui reste perçu comme l’aristocratie du supportérisme. Suivre l’équipe devient une preuve de l’attachement aux couleurs. Les supporters se voient en garde impériale du club, les déplacements sont leurs campagnes napoléoniennes.

Phénomène récurrent 

Qu’une équipe soit massivement suivie à l’étranger est devenu un phénomène récurrent. Il y a eu l’Eintracht Francfort et le Stade Rennais cette saison ou le FC Cologne il y a quelques années. «Le premier cas remonte à la finale de la Coupe d’Europe 1967 entre le Celtic et l’Inter Milan: 150 avions avaient dressé un pont aérien entre Glasgow et Lisbonne, rappelle Philippe Vonnard. En 1978, 10 000 Bastiais étaient à Turin et 4000 à Iéna, en ex-RDA. Aujourd’hui, tout cela est facilité par les vols low cost, avec des effets pervers quand des supporters n’obtiennent pas assez de places.»

Ces transhumances ne sont pas sans conséquences socioculturelles. «Les supporters sont des gens qui voyagent beaucoup. Ils ont acquis une vraie connaissance de la géographie nationale et européenne», affirmait le sociologue français Ludovic Lestrelin récemment dans la Fabrique de l’histoire sur France Culture. Lors de cette même émission, l’historien Sébastien Louis, spécialiste du mouvement ultra, expliquait à quel point «être supporter est aussi une découverte du territoire». Il citait le cas de l’Italie, où «la diffusion des matchs à la radio a contribué à la propagation de la langue italienne dans des régions où le dialecte dominait. Très rapidement, on a organisé des trains spéciaux pour les tifosi. Départ la veille, avec vin et nourriture, et photo souvenir devant le monument emblématique de la ville visitée.»

De façon plus anecdotique, les matchs de Coupe d’Europe ont forgé la culture générale européenne des supporters. Un amateur de football distingue le Gomez espagnol du Gomes portugais. S’il est Français et quinquagénaire, il sait que Simferopol est en Crimée parce qu’on y a délocalisé un match fameux entre le Dynamo Kiev et l’AS Saint-Etienne. Il devine qu’un Kennedy a forcément des origines irlandaises, qu’un Armstrong sera plus probablement Ecossais et un Davies Gallois, parce que pour chacun de ces patronymes, il a des dizaines d’exemples en tête. Il peut classer sans erreur les suffixes patronymiques suédois, norvégiens, finlandais, islandais, lituaniens. Il sait où coulent le Dniepr, la Mersey, le Douro, l’Ill, la Ruhr, l’Aar (également connue des cruciverbistes).

«Essentiel»

De façon plus profonde, soixante ans de matchs à l’extérieur ont participé à leur manière à la construction européenne. «Le football et les supporters ont fait l’Europe depuis très longtemps. Ce n’est jamais dit mais c’est pour moi essentiel», s’étonne Laurent Tissot, marqué par sa rencontre dans un avion pour Lisbonne avec une modeste équipe de troisième ligue. «Ils partaient en stage au Portugal. Pour moi, ça a été un choc culturel. Ces joueurs avaient négocié trois jours de congé avec leur employeur et acheté leur billet sur un vol low cost. Ils allaient à Lisbonne comme ma génération allait à Martigny. Il y a dans le milieu du football une compréhension du continent européen et une modification de la perception du territoire qui auront des conséquences sur les générations futures. C’est pour moi une réussite de la construction européenne.»

«J’ai assisté la semaine dernière à Paris à un colloque sur les représentations mentales de la géographie de l’Europe, ajoute Philippe Vonnard. Elles sont très variables selon l’origine des gens. En football, cette représentation est au contraire très stable: l’Europe, ce sont les pays membres de l’UEFA.» Cette semaine, avant les élections européennes qui ont lieu ce week-end, l’ancien capitaine de l’équipe d’Allemagne Philipp Lahm a publié une tribune intitulée «Nous, les footballeurs, sommes des Européens convaincus».

Publicité