«Rafael Nadal vient de dévoiler une nouvelle qui devrait ravir tous les fans de tennis qui ne sont pas espagnols…», dit le site Public.fr. Et l’on ne sait pas s’il appréciera le titre énervant de L’Equipe: «Nadal sur les rotules». Mais en tout cas, «c’est un des jours les plus tristes de ma carrière», a-t-il dit, lui qui avait été désigné porte-drapeau de l’Espagne à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Londres dans une semaine. Et qui avait posé, en abanderado heureux, souriant comme un gamin comblé de bonheur avec cet étendard, pour une photographie notamment publiée sur le site du quotidien sportif espagnol Marca. Et aujourd’hui? «Es uno de los momentos mas tristes de mi carrera», répète-t-il partout, partout, et aussi en anglais et en espagnol sur son compte Twitter.

Alors qu’il disait encore il y a une semaine à Eurosport: «J’espère être à 100%» aux JO, c’est «le choc» pour la Gazzetta dello sport. «Nadal a perdu les Jeux», renchérit un blog du journal As: «C’est un de ces jours où vous allez au lit avec un mélange de colère et de désespoir.» Mais un genou amoché, en tennis, ça ne pardonne pas. Du coup, Roger Federer qui a retrouvé la pleine forme et la place de numéro un mondial peut sourire. Mais il ne le fera pas, le respect de l’adversaire, même à terre, étant chez lui vertu cardinale. Ce, même si ces deux-là «ne dîneraient jamais ensemble», dit le site belge 7 sur 7, «pas en tant qu’amis en tout cas».

Un mois à peine après son triomphe à Wimbledon (voir notre dossier), le Journal du dimanche annonce donc «un nouveau challenge» pour le Suisse, «qui donnerait sans doute un de ses 17 titres en Majeur en échange d’un peu d’or olympique. Il en a déjà touché à Pékin, en double avec son pote Stan Wawrinka. C’est bien mais ça n’a pas la saveur d’un sacre en simple. […] Dans son jardin préféré au monde, le meilleur joueur de l’histoire a une occasion en or d’inscrire son nom au palmarès olympique et de succéder à Rafael Nadal.» Mais attention, car «si l’Espagnol a déclaré forfait, Novak Djokovic sera là», lui. De même qu’Andy Murray, tombé au champ d’honneur face au Bâlois il y a deux semaines. Mais cet abandon sur blessure du gaucher espagnol «laisse le champ libre à son plus grand adversaire», estiment aussi Le Huffington Post France et le site anglophone Yahoo! Sports.

Réponse plus précise du Parisien à la question: «Sans Nadal, qui peut viser l’or olympique?» La voici: «En son absence, les cartes seront redistribuées à Londres puisque Nadal a beau être le roi de la terre battue, il est aussi très à l’aise sur gazon et plus particulièrement à Wimbledon. […] Roger Federer et son prédécesseur au palmarès et dauphin au classement ATP, le Serbe Novak Djokovic, sont débarrassés d’un concurrent sérieux pour la médaille d’or. Le Britannique Andy Murray, finaliste à Wimbledon, et le Français Jo-Wilfried Tsonga sont prêts à prendre la relève.» Il fallait au moins un Français au journal français.

Et pour «Le Kangourou» de Tennisonline. fr? «La mort dans l’âme, Rafael Nadal décide de faire l’impasse sur les JO. On ne peut mettre en doute la véracité de ses propos et de la blessure.» Merci à lui de le préciser… «Une fois encore, c’est le genou et la fameuse tendinite qui refait surface.» A part ça, on aurait bien tort de le penser en surpoids, mais cela n’empêche pas ces métaphores hasardeuses et animalières en faveur du Bâlois, à nouveau: «Un gros en moins pour les outsiders… et une occasion en or pour Federer – débarrassé de sa bête noire – d’enfin remporter l’or olympique après 3 tentatives infructueuses en 2000, 2004 et 2008.» Et à Rio? Peut-être qu’il sera encore là, le «Rodge»…

La revue de presse prend ses vacances. Elle sera de retour le lundi 13 août sur www.letemps.ch et le mardi 21 août dans Le Temps imprimé.