Une étape de plus est franchie dans le feuilleton non-sportif du monde automobile. Les écuries de Formule 1 réunies au sein de la Fota refusent les conditions de la Fédération internationale (FIA) pour 2010 et envisagent de créer un championnat parallèle. Huit grandes écuries dont McLaren-Mercedes, BMW Sauber, Renault, Toyota, Brawn GP, Ferrari, Red Bull et Toro Rosso sont concernées. Autant d’écuries qui ont le soutien également de leurs pilotes.

La décision annoncée tard hier soir est un vrai geste de défiance des principales équipes envers la FIA et envers Max Mosley, son président britannique jugé trop autoritaire, qui cherche depuis plusieurs mois à éviter que les écuries ne fassent bande à part.

FIA et Fota sont en conflit au sujet du règlement 2010, édicté par la FIA, instaurant un budget plafonné à 45 millions d’euros soit 68 millions de francs (salaires des pilotes et dépenses marketing exclus) pour les écuries le souhaitant, qui bénéficieront en échange d’avantages techniques indéniables, ce que craignent les grandes équipes. Malgré quelques ouvertures de Mosley qui s’était déclaré prêt à relever les plafonds à 100 millions d’euros pour 2010, les grandes écuries poursuivent leur bras-de-fer.

Dans une première réaction vendredi matin, la FIA dit: «Nous sommes déçus mais pas surpris par l’incapacité de la Fota de trouver un compromis dans le meilleur intérêt du sport. Il est évident que certains éléments au sein de la Fota ont recherché à arriver à cette issue tout au long d’une longue période de négociations et ne se sont pas engagés de bonne foi dans les discussions», a accusé la FIA. »La FIA ne peut permettre une course financière à l’armement dans le championnat, ni laisser la Fota dicter les règles de la Formule 1», dit le communiqué.

Que va-t-il se passer à présent? En coulisses, nul doute que les négociations vont continuer car la Formule 1 a besoin des grandes écuries, et les grandes écuries ont besoin de la Formule 1 comme caisse de résonnance médiatique. Cela dit, les écuries en rupture avec Mosley ont franchi un pas de plus et vont poursuivre la préparation d’un nouveau championnat. Elles vont notamment prendre contact avec les circuits. Et dans un monde de concurrence, il est certain qu’elles trouveront un écho. Parmi les lieux pressentis, on parle de Indianapolis, Silverstone ou Imola, tous abandonnés par la Formule 1 actuelle.