ATTRACTION

La Formule E, une catégorie de plus en plus courue

La Formule E n'intéresse pas seulement les villes; les grands constructeurs automobiles sont chaque saison plus nombreux à vouloir y prendre part

Au contraire des autres championnats automobiles, la Formule E se déroule à cheval sur deux années civiles, comme une année scolaire. La saison 2017-2018, qui fera donc halte le 10 juin à Zurich, débutera le 2 décembre à Hongkong pour s’achever le 29 juillet à Montréal. Mexico, Paris, Berlin et New York sont notamment au programme.

En quatre éditions, le championnat de Formule E a pris un essor considérable. La catégorie des voitures électriques, lancée en 2014 par la FIA, est désormais celle qui réunit le plus grand nombre de grands constructeurs automobiles. Il s’agit pour eux de démontrer que l’arrivée inévitable de la voiture électrique ne fera pas disparaître les notions de performance et de plaisir, sur lesquelles repose grandement leur industrie.

Actuellement, on ne dénombre que deux grands constructeurs en endurance (Toyota et Porsche, qui quittera la catégorie à la fin de la saison), trois en Formule 1 (Mercedes, Honda et Renault; ils étaient cinq en 2006 et six en 1996) et quatre en rallye (Citroën, Hyundai, Ford et Toyota).

Gain de crédibilité

En Formule E, on recense cette saison Renault, Audi, Citroën et Jaguar, ainsi que les deux géants asiatiques de la mobilité électrique, l’indien Mahindra et le chinois Nextev. Lors de la saison 2018-2019, BMW rejoindra le plateau et Nissan remplacera Renault. Les deux marques appartiennent au même groupe. Nissan, leader mondial des ventes de voitures électriques avec son modèle LEAF, deviendra le premier constructeur japonais inscrit en Formule E.

La saison 2018-2019, la cinquième de l’histoire, sera très importante pour la Formule E car les nouvelles batteries fournies par McLaren permettront alors de boucler une course sans devoir changer de voiture en milieu de course. La catégorie devrait y gagner en crédibilité et en intérêt. C’est ce qu’estiment Porsche et Mercedes, qui seront eux aussi dans la course électrique en 2019-2020.

Lire également: A Zurich, la mobilité électrique en pole position 

Publicité