Cyclisme

En France, Brioude attend Romain Bardet, son cher enfant

La bourgade de Haute-Loire reçoit le Tour de France ce dimanche 14 juillet. Et le natif Romain Bardet, qui a effectué ici ses premiers coups de pédale et est resté un vrai Auvergnat, modeste et taiseux

On a rejoué un Don Camillo et Peppone à Brioude ces derniers jours. Dans le rôle du premier, le père Emmanuel Chazot, le chef de la paroisse. Dans celui du second, Jean-Jacques Faucher, le maire de la petite commune auvergnate (7000 habitants). Et, pour litige, une affiche de 6 mètres apposée sur l’une des façades de la basilique Saint-Julien, classée aux monuments historiques. Elle représente Romain Bardet, l’enfant du pays, l’un des meilleurs cyclistes du monde, qui, dimanche, arrive chez lui avec l’ensemble du peloton du Tour de France.

«C’est un hommage», dit le maire. Le curé juge de son côté que «c’est très moche et commercial parce que ça fait de la publicité à l’assureur qui sponsorise l’équipe». Le prêtre ajoute: «Et ce n’est pas très pieux; quitte à coller quelque chose, il fallait montrer une œuvre d’Arcabas, un ange à vélo par exemple.» Arcabas, peintre «de la foi heureuse», décédé l’an passé, est un artiste qui a décoré de nombreuses églises en France, en Italie et en Belgique. Au final, le maire l’a emporté et un cycliste pédale sur la basilique. Le curé se console en se disant que lundi matin l’outrage aura disparu.