Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les joueurs de l’équipe de France célèbrent leur victoire le 15 juillet 2018 à Moscou.
© Anthony Dibon/Icon Sport via Getty Images

Polémique

«La France ou l’Afrique», un débat mondial et décomplexé

Dans l’Hexagone, les Bleus sont célébrés comme des héros pour leur titre de champions du monde de football. A l’étranger, ils ne cessent d’être renvoyés à leurs racines africaines par de multiples voix, des réseaux sociaux aux tribunes officielles

C’est un débat que les Bleus n’avaient sans doute pas vu venir, et dont ils se seraient volontiers passés. Depuis leur victoire dimanche dernier en finale de la Coupe du monde contre la Croatie, de nombreuses voix internationales objectent que ce n’est pas vraiment la France qui s’est imposée en Russie, mais l’Afrique. Un continent où 17 des 23 protégés de Didier Deschamps ont leurs racines.

Des réseaux sociaux aux tribunes officielles, en passant par les médias, les remarques se multiplient en toute décomplexion, qu’il s’agisse de déplorer le caractère multiculturel de l’équipe ou au contraire de le célébrer.

Lire l'article lié: Pascal Boniface: «Une équipe «africaine»? Non. Une source d’inspiration»

«Champions du tiers-monde»

En France, les supporters vivent un véritable conte de fées et jouent des scènes de liesse indescriptibles. Mais vu de l’étranger, cette équipe championne du monde aux origines diverses provoque des sentiments beaucoup plus contrastés. En Pologne, le Centre de surveillance du comportement raciste et xénophobe de Varsovie a indiqué mercredi avoir adressé plusieurs plaintes au parquet contre des personnes tenant des propos racistes et haineux sur les réseaux sociaux à la suite de la victoire de la France lors de la Coupe du monde en Russie. En Italie, les messages xénophobes se sont multipliés sur les réseaux sociaux, décrivant «des singes avec un ballon» ou encore «des champions du tiers-monde».

Lire aussi: Des «bleus» qui cicatrisent (un peu) les plaies françaises

Que la toile serve de défouloir aux pires horreurs n’a rien de très inédit. Ce qui l’est davantage est de voir le Corriere della Sera, quotidien le plus diffusé du pays, décrire l’équipe de France comme «une équipe pleine de champions africains mélangés à de très bons joueurs blancs face à une équipe seulement de Blancs [la Croatie, en finale du Mondial]». La Repubblica constate le phénomène et compile les pires réactions dans un article titré «C’est l’Afrique qui a gagné».

«Nous sommes tous Français»

Aux Etats-Unis, Trevor Noah, présentateur du Daily Show, a lui aussi apporté sa contribution au débat. «Je suis tellement content, l’Afrique a gagné la Coupe du monde […] Je sais que ce sont les joueurs de l’équipe de France, mais regardez ces gars-là», s’est-il exclamé. Venant d’un Sud-africain, la remarque résonne différemment, mais elle a néanmoins irrité les basketteurs français Evan Fournier et Nicolas Batum, qui évoluent en NBA. «Est-ce que l’Afrique gagne quand les USA remportent des médailles d’or aux Jeux olympiques? L’Europe gagne-t-elle lorsque l’Afrique du Sud gagne au rugby? Et on peut continuer. Nous sommes tous Français, il faut faire avec», a écrit Nicolas Batum, imité quelques heures plus tard par son compatriote.

Lire également: La France, grande puissance du football mondial

Mais le débat ne s’est pas arrêté là, s’étendant jusqu’au monde politique. «L’équipe de France ressemblait à l’équipe d’Afrique, en vrai, c’est l’Afrique qui a gagné, les immigrants africains qui sont arrivés en France», a déclaré Nicolas Maduro, président du Venezuela. En écho, Barack Obama, en déplacement à Johannesburg pour le 100e anniversaire de la naissance de Nelson Mandela, a salué la diversité identitaire des Bleus. «Tous ces mecs ne ressemblent pas, selon moi, à des Gaulois. Mais ils sont bien Français!»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL